polynésie
info locale

Gendarmes : un peu de respect !

faits divers Tahiti
gendarmes
©D.R.
Ce week-end, à Paea, Papara et Huahine, les forces de l’ordre ont été confrontées à des individus violents. Des faits d’outrages, rébellion et menaces de mort sur des agents dépositaires de l'autorité publique ont été constatés. Les mis en cause ont fini au tribunal!
Le samedi 31 mai 2014 à 16h30 sur le district de Parea, trois policiers municipaux et deux gendarmes de la Brigade de Huahine sont interviennus sur une rixe sur la voie publique. À leur arrivée, un individu âgé de 25 ans, agressif et alcoolisé, a insulté et menacé les agents. Il s’est rebellé lors de l'interpellation. Il a été entendu sous le régime de la garde à vue. Sur instructions du Parquet de Papeete, une COPJ pour le 25 juin 2014 devant le tribunal correctionnel de Raiatea a été notifiée au mis en cause.
La veille, à 19h30, intervenant sur un différend familial au PK21,300 côté montagne, les militaires de la brigade de Paea ont été verbalement pris à partie par un individu âgé de 28 ans, fortement alcoolisé, qui les a insulté. Entendu sous le régime de la garde à vue, le dimanche 1er juin 2014, il est présenté successivement devant le magistrat de permanence et le juge des libertés et de la détention qui décide de son placement en détention provisoire dans l'attente de son jugement. Jugé aujourd’hui en comparution immédiate, il a été condamné à trois mois de prison avec sursis, 140 heures de TIG et 20 000 Fcfp de dommages et intérêts par victime.
Enfin, le dimanche 1er juin 2014 à 17 heures, intervenant sur un différend familial au PK35,600 côté montagne à Papara, les militaires de brigade Papara ont été pris à partie verbalement par un individu (35 ans) fortement alcoolisé et virulent qui les a insulté. Il a résisté à l'interpellation et a poussé violemment un des gendarmes au niveau du thorax puis s’est saisit de pierres et a menacé les forces de l'ordre. Interpellé il a été placé en garde à vue. Il a aussi été jugé en comparution immédiate, il est condamné à six mois de prison ferme et  verser 20 000 Fcfp de dommages et intérêts par victime.
Publicité