Hausse du prix des boissons sucrées

santé tahiti
Obésité
©Polynésie 1ère
Pour financer la PSG, la protection sociale généralisée, le pays va augmenter la taxe sur la production de boissons alcoolisées, de certains produits sucrés et va réviser à la hausse certains taux et tarifs de la taxe de consommation de prévention perçue à l'importation.



Ces augmentations de taxes sur la prévention devraient entraîner une hausse du prix à la vente des boissons les plus sucrées d’au moins 25 %. La recette fiscale générée par ces mesures, estimée à 500 millions Fcfp, sera intégralement reversée au financement de la PSG.

40% des décès avant 65 ans en Polynésie Française est due aux maladies telles que l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, l’arthrose et les cancers liés aux modes de vie.

Selon les études menées depuis 15 ans au fenua, les principaux facteurs de risques sont la consommation excessive d’aliments riches en sucres, en graisses, en sel, la sédentarité, le tabagisme, l’alcoolisme.

En 2014, 14 % de la population (36 800 patients) a coûté, en termes de santé, 24 milliards Fcfp par an à la société soit la moitié des dépenses de l’assurance maladie. Le nombre de personnes en longue maladie a quadruplé en 10 ans. Celui des diabétiques et des hypertendus au stade des complications chroniques, a été multiplié par 3 à 4 depuis l’instauration de la PSG en 1995.

Les boissons sucrées sont le quatrième poste le plus important des dépenses alimentaires. Les augmentations de taxes seront applicables dès 2017.
Hausse du prix des boissons sucrées

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live