Le Haut commissaire salue le courage des rescapés mais appelle à la vigilance en mer

sauvetage tahiti
René Bidal
René Bidal ©Haut Commissariat de la Polynésie française
Saluant le courage des deux disparus retrouvés hier, le Haut commissaire s'est s’exprimé sur la situation. Il remercie le JRCC, militaires et agents de l'’Etat, de s'être mobilisés mais rappelle les nombreux moyens mis à la disposition des pêcheurs pour limiter ce genre de risques.
« Je suis particulièrement heureux et rasseréné de savoir Meherio et Laurent sains et saufs. » Ainsi commence le communiqué du Haut commissaire de la République, René Bidal. Au lendemain des retrouvailles du frère et de la sœur, il se dit rassuré et a tenu à exprimer tout son soutien à la famille ayant vécu pendant six jours dans l’angoisse de la disparition de leur enfants.

René Bidal a aussi salué le JRCC, les militaires mobilisés ainsi que les agents de l'Etat qui ont participé aux recherches du poti mara disparu pendant plusieurs jours. Il a également souligné l’ensemble des moyens qui ont été mis en place: des dispositifs couteux et de nombreuses personnes mobilisées.

Avec cette observation, le représentant de l'Etat constate qu’une fois de plus cet incident aurait pu être évité car aujourd’hui il existe de nombreux moyens accessibles à tous pour signaler sa présence en cas de problèmes.

« Dans une époque où l’on peut connaître la position de chacun sans effort technique et sans investissement onéreux, on prend la mer avec des instruments de bord défectueux et dépourvu de moyen sérieux permettant un repérage rapide de situation. Alors qu’une simple balise de détresse (Cospas-Sarsat), dont le coût est estimé à 27 000 CFP, permettrait un secours quasi immédiat, car malgré son champ large et l’attention de son équipage un « gardian » à la vitesse qui est la sienne peut, en plein Pacifique, passer sans le voir au-dessus d’un « poti marara », qui est un esquif sur l’immensité. »






















Dans le communiqué, le Haut commissaire précise aussi qu’il a décidé de maintenir l’aide annuelle de 1,75 millions cfp accordée à la FEPSM (fédération d’entraide polynésienne de sauvetage en mer).

Le communiqué de presse du Haut commissariat en intégralité ici.


Pour plus d’information sur les différents moyens accessibles à tous pour naviguer l’esprit tranquille, rendez vous ce soir dans le Ve ‘a et le JT de Polynésie 1ère.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live