L'ice était cachée dans des rames de paddle

justice tahiti
Justice : l'ice était cachée dans des rames de paddle
©Polynésie 1ere

Au tribunal de Papeete, un procès pour trafic d’ice s’est ouvert mardi 2 mars. Six personnes sont poursuivies pour avoir importé plus de 1.6 kilo d’ice dans des rames de paddle, dont un ancien sportif de haut niveau.

 

Six hommes sont soupçonnés de s’être associés en novembre 2019 pour organiser un trafic d'ice: investisseur, organisateur et mule auraient importé 1,6 kg d’ice en provenance de Hawaii. La drogue était dissimulée dans des rames de paddle lorsqu’elle a été interceptée par les douanes, à Tahiti.

A peine 20 ans et déjà impliqué dans plusieurs affaires

 

A la tête présumée du réseau, Teahinui Salmon, âgé d’à peine 20 ans. Lorsqu’il est arrêté, il a 19 ans. Il raconte avoir commencé à consommer de l’ice à 15 ans. Il est soupçonné dans de précédentes importations en lien avec Fred Garbutt (père) et avec de l’ice qui avait été retrouvée dissimulée dans des sacs de boxe.

D’autres instructions sont en cours. « Je n’ai rien à dire. » A la barre comme pendant l’enquête, il reste mutique, faisant valoir son droit au silence. Mais à l’extérieur, il accepte de témoigner. « Tu te sens bien, c’est le trip, c’est fun et tout…mais après, tu deviens addict et c’est plus la même chose : tu fais des trucs bêtes. 5 ans après, j’en arrive à des affaires d’importation d’ice. Au début, j’étais seulement consommateur et là, j’en arrive à des importations à des kilos…[…] Je compte assumer. J’ai fait 14 mois de prison [détention provisoire ndlr]. Je risque peut-être 4 ans, 5 ans, c’est pas grave… »

L’ancien champion de kite consomme depuis ses 15 ans

 

L’ancien champion de kitesurf, Tuterai Montaron, est poursuivi pour avoir participé à l’importation de ces rames. Il a déjà 4 condamnations à son actif pour des bagarres notamment, « dûes à ma consommation excessive d’ice », explique-t-il.

Actuellement sous bracelet électronique, à la barre, il raconte son addiction depuis ses 15 ans, dans le milieu sportif et il « devait de l’argent à la CPS en tant que patenté » donne-t-il comme explication. Alors, lors d’une après-midi festive sur une pirogue, son ami Teahinui Salmon lui propose de faire le voyage à Hawaii pour surveiller une mule, moyennant 10 millions cfp.

Il est le seul de la bande à parler anglais. Tuterai Montaron accepte. Teahinui Salmon lui remet alors 1,2 millions cfp pour acheter la drogue et couvrir ses frais sur place. Une fois à Hawaii, il rencontre une autre équipe, dont la tête présumée est Bruno Titi. Mais leur contact à Hawaii aurait fait faux bond.

Tuterai Montaron se met alors en quête d'ice auprès de SDF de Honolulu, « juste quelques grammes pour fumer ». « J’ai dépensé 7 000 $ en trois jours, en cocaïne, meth, shopping et activités touristiques…Je n’avais plus assez d’argent pour ramener la quantité commandée. » Teahinui Salmon l’aurait alors beaucoup appelé « pour ne pas perdre son investissement ». Finalement, avec Bruno Titi, ils auraient pu se procurer 3 pounds (1,5 kg) qu’ils auraient ensuite conditionnés tous ensemble dans les rames de paddle.

Mais à l’arrivée à Tahiti, le comportement suspect du sportif éveille les soupçons des douaniers. Il est intercepté avec la drogue, deux autres mules et un intermédiaire. Bruno Titi et son amie, présents sur le même vol, arrivent à passer. Lui sera arrêté quelques mois plus tard.

Commanditaire et violeur présumé

 

Car Bruno Titi, 48 ans, massif, se présente à la barre avec une béquille. Il est considéré par la justice comme l’autre organisateur présumé. Il est en détention provisoire depuis janvier 2020. Pourtant inconnu de la justice, il n’en serait pas à son coup d’essai et plusieurs témoins l’impliquent dans d’autres importations avec des rames de paddle. Bruno Titi nie. Une autre instruction est en cours.

Sans profession, l’homme dit vendre des plats préparés, mais mène un « train de vie significatif », notent les enquêteurs. Il roule en 4x4 ou en berline allemande de luxe, effectue de nombreux voyages...« Je voulais tenter un coup et arrêter après, » explique-t-il à la barre.

Mais en tout, la justice le soupçonne d’avoir effectué trois voyages à Hawaii : une fois pour prendre des contacts, une seconde fois où une autre mule aurait ramené des rames contre 50 millions cfp de rémunération et enfin, la troisième où les rames se font intercepter à l’arrivée. Mais Bruno Titi nie encore.

Quoiqu’il en soit, l’homme est prudent. Sa grosse berline allemande, il préfère la revendre à une de ses compagnes en décembre 2019, juste après l’arrestation de la bande, afin d’éviter la saisie, « si ça passe, tant mieux », lâche-t-il au président.

L'ice était cachée dans des rames de paddle
©Polynésie 1ere

Bruno Titi est mis en cause par de nombreux témoins, dont une amie particulière, de 20 ans sa cadette, qui l’a accompagné deux fois à Hawaii. En tout, Bruno Titi l’aurait payée 1,6 millions cfp pour quelques relations sexuelles. Mais quand cette dernière a une relation, « gratuite » a-t-elle précisée aux gendarmes, avec la mule présumée de Bruno Titi lors du premier voyage à Hawaii, Bruno Titi l’aurait alors frappée, séquestrée dans la chambre d’hôtel, puis violée. Mais la jeune femme a livré un témoignage très détaillé aux enquêteurs sur les activités de Bruno Titi.

A la barre, l’homme nie : « Elle ne pleurait pas parce que je la violais, elle pleurait parce que je lui ai dit que j’allais l’abandonner ici. » L’homme n’est pas poursuivi pour ces faits.

A la barre, Bruno Titi se perd dans ses changements de versions. Ses investissements ? « Ce sont mes économies ». Les nombreux appels ? « C’était pour donner des nouvelles à la famille ». Les déclarations de son ancienne mule ? « Il était fâché contre moi quand il a su que j’avais fait du mal à la fille qui m’accompagnait. »

Tuterai Montaron et Teahinui Salmon ont, tous les deux, déjà été condamnés en novembre 2020, à 18 mois de prison dont 6 mois avec sursis, dans une autre affaire, portant sur l’écoulement d’une trentaine de grammes d’ice quelques semaines avant leur interpellation dans cette affaire. La drogue avait alors été ramenée dans des peluches par d’autres comparses.

L’éleveur de coq comme intermédiaire

 

Comme intermédiaire présumé, Raihau Siaou Chin, un éleveur de coqs de Faa’a, dit ne pas consommer d’ice. Mais la justice le soupçonne d’avoir fait l’intermédiaire et l’investisseur. Selon ses premières déclarations aux enquêteurs, Bruno Titi le contacte pour « monter un coup ». « On partait sur 4 kg. Mais le problème, on ne parle pas anglais. »

Problème résolu lorsqu’il rencontre Tuterai Montaron à la même journée festive sur une pirogue, avec Teahinui Salmon. Raihau Siaou Chin aurait ainsi recruté une mule et accompagné le groupe à Hawaii, où il aurait retrouvé la deuxième équipe composée de Tuterai Montaron et sa mule. Selon ses dernières déclarations à la barre, les responsabilités seraient partagées : « On devait acheter 3 pounds [1,5 kg ndlr] pour ramener à Tahiti. Un pour Salmon, un pour Titi et un pour moi. » Il est arrêté à son retour à l’aéroport de Tahiti, avec Tuterai Montaron et les deux autres mules.

Une des mules présumées ne s’est pas présentée aujourd’hui.

Le procureur a requis des peines allant de 1 an à 7 ans de prison. La justice rendra sa décision demain.

L'ice était cachée dans des rames de paddle
©Polynésie 1ere

 

L'ice était cachée dans des rames de paddle

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live