Le 17 juillet prochain, Oscar Temaru veut marcher avec 100 000 personnes

oscar temaru tahiti
Le 17 juillet, Oscar Temaru veut marcher avec 100 000 personnes
©Polynésie 1ere

Vendredi 12 mars Oscar Temaru, leader indépendantiste, a convié la presse pour annoncer qu'il organisera le 17 juillet prochain une marche rassemblant 100 000 personnes pour marquer la date du tir atomique Centaure en 1974. A l'époque, 100 000 habitants auraient été touchés par le nuage radioactif.

Les nouvelles révélations rendues publiques avec le livre « Toxique » vont-elles inciter les Polynésiens à manifester massivement pour obtenir réparation des conséquences des essais nucléaires ?

Oscar Temaru le pense. Pour lui, ces documents de l’armée déclassifiés vont réveiller les consciences.

"C’est un peu l’histoire du chien sauvage et du chien nourri, qui a sa petite cabane à la maison, bien gros et le chien sauvage lui dit : je préfère ma vie sauvage dans la forêt, quand il a vu autour du cou quil y avait la trace de chaîne. C'est exactement l'histoire de notre peuple", déclare le leader indépendantiste.

Il  propose donc un rassemblement pacifiste le 17 juillet prochain . Date anniversaire du tir Centaure. Dont on sait aujourd‘hui qu’en 1974 ses pluies radioactives ont touché au moins 100 000 habitants.

Et ce sont 100 000 personnes qu’il souhaite réunir autour de ce combat pour que la France reconnaisse, non plus simplement le fait nucléaire, mais sa faute envers les populations.

Quatre mois d'anticipation

 

Quatre mois d’anticipation pour un rassemblement, cela lui semble dans ce contexte tout à fait normal : "C'est le temps de s’organiser, il faut rassembler 100 000 personnes, il faut penser à la sécurité, on doit inviter les pays de la région, il y a ceux des îles qui doivent descendre, ou ceux qui veulent y organiser des manifestations, et attendent la date. Ensuite il faut préparer les documents pour circuler dans notre pays."

Alors en toile de fond, le leader n’oublie pas non plus le combat indépendantiste qui lui a valu dit-il "un traitement par la justice habituellement réservé aux voyous". Tout ceci est pour lui indissociable. Et il compte sur ces quatre prochains mois pour faire passer le message et mobiliser les foules.