polynésie
info locale

Le plan de lutte contre la loque américaine sur l’île de Tubuai a débuté

agriculture tahiti
Loque américaine
©http://apistory.fr
Le ministre du Développement des activités du secteur primaire, Frédéric Riveta, a présenté le plan de lutte contre la loque américaine qui affecte les abeilles de l’île de Tubuai. C’est la seule île de Polynésie française où des foyers actifs de cette maladie ont été détectés
La loque américaine est une maladie infectieuse et contagieuse du couvain operculé de l’abeille, provoqué par la bactérie paenibacillus larvae. Cette maladie hautement contagieuse contient des spores de paenibacillus larvae extrêmement résistants. Les larves d’abeilles sont infectées par voie orale et les spores. Les jeunes colonies se développent pendant un an ou deux puis le couvain est attaqué, noirci et pourri, tuant ou essaimant ainsi la colonie. L’île de Tubuai est la seule île de Polynésie française où des foyers actifs de cette maladie on été détectés. Par conséquent, le Conseil des ministres a validé mercredi dernier un programme de lutte en deux phases.
 
La première phase d’assainissement vise à diminuer la pression d’infection et à limiter les risques d’hybridation des abeilles. Elle implique la destruction des foyers actifs de loque américaine et l’élimination de colonies, y compris les essaims sauvages.
 
La seconde phase tend au repeuplement de l’île par des colonies saines et testées pour leur comportement hygiénique. Le but est de compenser la perte liée à la destruction des colonies pendant la phase d’assainissement, d’indemniser les propriétaires de ruches grâce à une prise en charge des dépenses liées au repeuplement.
 
Cette opération va permettre de protéger la production locale de miel et d’assurer la pollinisation des productions agricoles de cette île. Par ailleurs, il est important de venir à bout de ce foyer de loque américaine à Tubuai, car celui-ci fait potentiellement courir un risque à l’ensemble du rucher de la Polynésie française
 
Un statut indemne de cette maladie pourl’ensemble de la Polynésie constituerait en effet un argument commercial de poids pour l’élevage et la commercialisation de reines d’abeilles à l’international.
 
Source : communiqué de la Présidence
 
Publicité