Légion étrangère : jeunes Polynésiens prêts au sacrifice ?

sécurité tahiti
Légion étrangère recrutement
La Légion étrangère recrute ©Polynesie.la1ere

Sont-ils vraiment prêts à tout sacrifier ? Mardi 27 avril, une trentaine de jeunes assistaient à la réunion d'information sur la Légion étrangère à la mairie de Punaauia. Convaincus, une vingtaine d'entre eux ont passé les tests pour intégrer ce corps d'élite.

Sous l'oeil avisé du sergent-chef David Ihorai, une vingtaine de jeunes ont passé leurs tests psychotechniques pour intégrer la Légion étrangère.

Les valeurs véhiculées par ce corps de l'Armée de terre en ont captivé plus d'un. L'excitation pouvait se lire sur les visages des candidats, pressés d'appartenir à cette grande famille.

Toutefois, les tests sont très sélectifs : « tous ne partiront pas, le tri est assez sévère » explique le sergent-chef, qui se réjouit néanmoins de percevoir tant de motivation chez ces jeunes. « Je suis étonné, c’est la première fois qu’on a autant de monde, constate-t-il. Le message des anciens jeunes qui se sont engagés semblent porter leurs fruits ». 

Légion étrangère recrutement
Une vingtaine de jeunes ont passé les tests psychotechniques ©Polynesie.la1ere


Mais la motivation ne fait pas tout. Les règles sont extrêmement strictes chez les légionnaires, où la discipline, la loyauté et la force d'esprit sont de mises. Le sergent-chef n'est pas surpris, car ce sont des valeurs bien ancrées dans la culture polynésienne. Soixante Polynésiens ont déjà rejoint les rangs de cette famille les deux dernières années. Emu, David Ihorai confie :

La mentalité des Polynésiens correspond à ce que la Légion recherche. Il faut vouloir servir la Légion, et la Légion te donne tout. Moi, elle m’a tout donné

 

Légion étrangère recrutement
Sergent-chef David Ihorai ©Polynesie.la1ere


Autant de valeurs qui ont séduit Haumana Cancian, résident de Faaa : « Ca fait plusieurs mois que je voulais venir. Ce qui m’a poussé, c’est mon beau-père qui était déjà dedans. C’est un métier où je me vois. » A la recherche d'un idéal, Ariitea Adams lui aussi, espère partir : « J’étais militaire en France, et j’ai vu que la Légion n’était pas la même chose que l’Armée de terre. C’est ce que je recherche. » Nul doute que les futurs légionnaires feront preuve d'engagement et de rigueur.