Nouvelle-Zélande, la première ministre se voit refuser l’entrée d’un café

océan pacifique tahiti
Jacinda Ardern
©wikimedia
Pas de passe-droit. Jacinda Ardern, première ministre de Nouvelle-Zélande a été « victime » de sa règlementation. Elle a été interdite d’entrée dans un café car le nombre maximum de clients était atteint. Une régle mise en place par son gouvernement.
 

Pas de passe-droit pour les dirigeants


En Nouvelle-Zélande, personne n'est exempté des mesures strictes de prévention contre la propagation du coronavirus, pas même la Première ministre Jacinda Ardern, qui s'est vu refuser l'entrée d'un café en raison des règles de distanciation sociale qu'elle a elle-même édictées.

Mme Ardern, son fiancé Clarke Gayford et un groupe d'amis se sont présentés dans un café de la capitale Wellington samedi mais ont été priés de faire demi-tour car l'établissement avait déjà atteint le nombre limite de clients.

Je dois en assumer la responsabilité, je ne me suis organisé et n'ai réservé nulle part

a tweeté M. Gayford en réponse à un autre consommateur qui avait remarqué que ces clients VIP avaient été refusés.
 

Déconfinement progressif en cours


La Nouvelle-Zélande a commencé à lever les mesures de restrictions contre la propagation du coronavirus, les cafés ayant été autorisés à rouvrir jeudi, mais ils doivent maintenir une distance entre les tables, et les clients doivent rester assis.

Un client qui avait remarqué que Mme Ardern s'était vu refuser l'entrée du restaurant a déclaré à Stuff media qu'un employé du café avait "dû dire, gêné, qu'il était plein et qu'il n'y avait pas de tables, et ils sont partis".
Heureusement pour Mme Ardern et ses accompagnateurs, des clients du restaurant sont partis peu après, et le personnel du café leur a couru après dans la rue pour inviter la Première ministre à revenir.
"C'était très gentil de leur part de nous courir après dans la rue quand une place s'est libérée. Un service A+", a tweeté M. Gayford.

AFP