Opération pilote de stérilisation des chiens errants à Faa'a et Pirae

animaux faaa
chiens errants
©Polynésie la 1ère

Le gouvernement lance une campagne de stérilisation afin de lutter contre les chiens en divagation.

Dans son compte rendu hebdomadaire le conseil des ministres indique :

"Le gouvernement a décidé de soutenir les communes dans la lutte contre l’errance canine et lance une opération pilote de stérilisation des populations canines errantes et divagantes dans deux communes de Tahiti. Ce programme sera accompagné d’une campagne de communication et de sensibilisation auprès des propriétaires de chiens.

Ces derniers mois, des attaques de chiens ont malheureusement encore fait la Une des médias polynésiens, avec des conséquences graves pour les victimes. Ces incidents liés aux chiens errants et divagants posent des problèmes de sécurité pour la population et les visiteurs. Ils ont également un impact négatif sur le tourisme et l’image globale de la Polynésie française.

Depuis 2008, il existe pourtant une réglementation pour lutter contre l’errance canine qui est du ressort des communes, mais l’ampleur du fléau met à mal son application. C’est pourquoi le gouvernement a souhaité apporter son soutien aux communes avec l’instauration d’un programme pilote de lutte contre la divagation canine en 2021.

Le premier volet de ce programme concerne le lancement d’une opération pilote d’identification et de stérilisation des animaux divagants menée dans les communes de Pirae et de Faa’a. Ces deux communes ont été sélectionnées au vu de l’actualité et après consultation du syndicat pour les communes de Polynésie française (SPCPF).

En parallèle, une action de communication télévisuelle et de sensibilisation des propriétaires de chiens à l’identification et à la stérilisation des animaux de compagnie sera menée. Afin d’obtenir une réduction visible de la population canine divagante, cette campagne devrait être reconduite sur les prochaines années et étendue à d’autres communes de Tahiti et des archipels qui y trouveraient un intérêt, telles que Moorea et Bora Bora.

La possession de molosses règlementée

 

Le Pays rappelle également que les propriétaires de chiens de 1ère catégorie (chien d’attaque type pit-bull et rottweiller non inscrit à un livre généalogique) et de 2e catégorie (les chiens de pure race american staffordshire terrier et rottweiler ainsi que les chiens de pure race ou assimilables aux molosses de type dogue) sont soumis à plusieurs obligations dont un permis de détention délivré par leur mairie après la transmission d’un ensemble de documents.

Par ailleurs, les chiens de première catégorie doivent être obligatoirement stérilisés et sont interdits dans les lieux publics. Comme les chiens de deuxième catégorie, ils doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure sur la voie publique. Le non-respect des obligations réglementaires peut être puni de peines prévues allant de contraventions de 2e classe (17 958 cfp) jusqu’à des sanctions de 7 ans d’emprisonnement et 11 971 890 cfp d’amende, en application du code de procédure pénale".