Théâtre : Succès pour "O Morito ta'u vahine"

théâtre paea
O morito tau vahine
©Polynésie la 1ère
La première représentation de "O Morito ta’u vahine" a eu lieu ce vendredi 2 juillet au soir à la salle Manuiti de Paea. 100% reo tahiti, cette pièce marque le retour de la langue tahitienne au théâtre.

La thérapie du rire, version tahitienne. Avec Papa Penu Mama Roro dans les années 70. Aujourd’hui c’est au tour de la nouvelle génération. Après plus de dix ans d’absence, le reo tahiti reprend possession de la scène.

« Elle a été traduite par Jacquot Tiatia. Et justement dans le but d’être comprise par beaucoup de gens. Même les gens qui ne maitrisent pas le tahitien parfaitement. »

indique Sonia Aline, productrice et organisatrice de concert et de « one man show ».

"Ma femme s’appelle Maurice", l'oeuvre originale a été écrite par Raffy Shart. La pièce de théâtre fait carton plein en France grâce à Chevalier et Laspalès. Jouée également dans une cinquantaine de pays et traduite à chaque fois, elle voyage jusqu’à Tahiti.

O morito tau vahine
©Polynésie la 1ère

Tepa Teuru, visage bien connu du petit écran et de la scène local y tient le rôle de Brandon. Il dit être ravi de cette adapatation

« Raffy Shart a décidé de faire joué la pièce en Tahitien. C’est un souhait de sa part. Du coup je le remercie parce qu'il faut ramener le tahitien au devant de la scène et montrer à nos jeunes que l'on peut faire des pièces de théâtre en tahitien, à Tahiti. Et on peut s’épanouir dans cette langue. » 

Un casting 100% local, avec une surprise : Rocky Gobrait le chanteur nous dévoile ses talents d’acteur. 2 mois de répétions intenses pour les 7 comédiens, novices mais aussi habitués comme Christopher Prenat.

O morito tau vahine
©Polynésie la 1ère

« Je joue le rôle de Tihoti. C’est-à-dire le mari qui trompe sa femme, qui a une maitresse et qui essaye de cacher tout ça, mais qui se retrouve avec beaucoup de mésaventures, en rencontrant Morito justement. »

Fous rires assurés pendant 1h45. Prochains rendez-vous : les 24 et 25 septembre au Grand théâtre de la Maison de la culture. Et une possible tournée dans les îles d’ici la fin de l’année.

O morito tau vahine
©Polynésie la 1ère