Au tribunal, Michel Buillard sommé de prouver qu'il est bien résident de Papeete

élections papeete
Michel Buillard au tribunal de première instance
Michel Buillard et son avocat, Me Dominique Bourion, sont venus soutenir devant le tribunal de première instance que la résidence du maire de Papeete est bien dans la capitale, vendredi 21 février 2020 ©Brigitte Olivier
Un maire qui doit démontrer qu'il habite dans la commune qu'il dirige depuis 1995... C'est l'audience étonnante qui s'est déroulée au tribunal de première instance, ce vendredi matin, suite à une procédure lancée par trois membres du Tahoeraa.
Michel Buillard, le maire de Papeete, réside-t-il dans la capitale, ou bien dans la commune voisine de Pirae, comme cela est soutenu dans une procédure lancée par trois membres du Tahoeraa, qui veulent le faire radier des listes électorales, et ainsi l'empêcher de se présenter aux élections municipales ?

Le tribunal de première instance a entendu longuement vendredi 21 février dans la matinée les arguments de Me Dominique Antz, qui défend cette thèse et ceux de l'avocat du tavana, Me Dominique Bourion, qui réfute cette accusation.

Selon Me Bourion, le maire de Papeete est bien détenteur d'un bail dans la capitale, dont il est le premier édile depuis le 24 juin 1995, et la maison de Pirae, – qui serait, selon un constat d'huissier demandé par Gaston Flosse, la véritable résidence de Michel Buillard –, n'est qu'une maison familiale où il se rend de temps en temps.

Pour Michel Buillard, dont les allées et venues ont donc été surveillées, tout comme celles de sa compagne, Hinatea Tama-Georges, cette demande de radiation émanant d'Isabelle Vaitea Le Gayic, représentante Tahoeraa à l'Assemblée de Polynésie, et de Richard Teriituaraetaa Deane et Mairenui Eugène Tetuanui, deux colistiers potentiels de Gaston Flosse, n'est rien d'autre qu'une vengeance personnelle du leader du Tahoeraa, qui s'est vu par deux fois refuser son inscription sur les listes électorales de la capitale.
 

"C'est une instrusion dans ma vie privée qui n'honore pas le commanditaire de cette attaque.
Comme on dit, en politique tous les coups sont permis. Je ne suis pas surpris."

Michel Buillard, maire de Papeete


Délibéré lundi à 14H

"J'ai trouvé dommage qu'on en arrive à des procédures pareilles qui n'ont aucun intérêt, qui ne sont fondées sur rien mais juste pour faire du mal. C'est juste pour essayer de nuire, c'est dommage", a commenté son avocat Me Bourion à l'issue de l'audience. Le conseil du maire de Papeete et de sa compagne a demandé 500 000 F de dommages et intérêts pour chacun de ses clients.

Le tribunal rendra son délibéré lundi à 14H.

De son côté, Michel Buillard a également lancé une procédure d'expulsion du Tahoeraa Huiraatira de son local de la rue Cardella à Papeete, au motif que la personne qui a signé le bail n'en avait pas l'habilitation.

C'est donc une lutte sans merci qui se mène à quelques semaines des municipales, entre deux anciens alliés politiques, même si pour le maire de Papeete, Gaston Flosse n'a jamais été son "père spirituel". "Mon père spirituel, c'était mon grand père", a tranché, cinglant, le maire de Papeete.

Le reportage de Brigitte Olivier et Hubert Liao.
 
©polynesie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live