publicité

Paris : un ancien millionnaire polynésien, gravement malade, à la rue

Ancien millionnaire et gravement malade, Michel Van Bastolaer, 67 ans, doit quitter l’hébergement en région parisienne où il se trouve en attendant d’être opéré pour un cancer de la moëlle épinière. Il est venu en France contre l'avis de la CPS.

© Capture d'écran Facebook
© Capture d'écran Facebook
  • E.Tang/T.Marone
  • Publié le , mis à jour le
La CPS de Polynésie a refusé sa prise en charge et ce malgré le fait qu’il soit bénéficiaire du RST, le régime de solidarité territoriale. Ce battant qui a déjà subi plusieurs opérations lourdes à Tahiti, a décidé de se faire soigner en métropole pour un cancer de la moëlle épinière. Au bord du désespoir, Michel Van Bastolaer pense même au suicide pour en finir avec autant de galères.

Tiziana Marone, d'Outre-mer 1ère, l’a rencontré :

Michel Van Bastolaer


Michel Van Bastolaer

La délégation de Polynésie française à Paris a pris contact avec la présidence polynésienne pour qu’une solution d’hébergement soit trouvée.
Michel Van Bastolaer a décidé de venir se faire opérer en métropole pour un cancer de la moëlle épineuse contre l’avis du médecin de la CPS de Polynésie. Aujourd’hui, cet homme, autrefois millionnaire, est en extrême détresse. Il estime que l’on envoie travailler au fenua des médecins qui manquent d’expérience. Michel Van Bastolaer le dit à Tiziana Marone :

Michel Van Bastolaer

Sur le même thème

  • santé

    L'ordre des médecins met fin au titre actuel d'homéopathe

    Le Conseil de l'Ordre des médecins a mis fin au titre actuel d'homéopathe pour les futurs médecins, tout en envisageant de l'accorder à l'avenir sous réserve de la création d'un "éventuel diplôme interuniversitaire", indépendant de l'industrie pharmaceutique.

  • santé

    La dengue ne faiblit pas en Polynésie

    Selon les derniers chiffres de la Direction de la santé et du bureau de veille sanitaire, on comptabilise 1058 cas autochtones depuis le début de l’épidémie.
     

  • santé

    Octobre rose : le dépistage mieux remboursé

    Le cancer du sein peut être soigné s’il est détecté tôt. C’est tout l’enjeu du dépistage. Pour ce mois de sensibilisation la direction de la santé annonce qu’elle va mieux rembourser l’échographie du sein.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play