Paris, le Cese diminue ses effectifs de 25 %, moins d’ultramarins

diaspora tahiti
CESE
©AFP / KARINE PIERRE / HANS LUCAS
L’Assemblée Nationale a adopté la réforme du CESE, le Conseil économique social et environnemental. Le gouvernement a décidé de réduire ses effectifs de 25%. Les députés ultramarins ont bataillé pour maintenir inchangé le nombre de leurs représentants, mais sans succès.
 

8 représentants des outremers au lieu de 11


Le Cese ou  Conseil économique social et environnemental est un organisme consultatif composé de représentants du patronat, des syndicats et d’associations. Il est installé au palais d’Iéna, à Paris.
Le gouvernement a décidé de réduire les effectifs du cese de 25 %. Il a donc fallu revoir à la baisse le nombre de représentants. Problème pour les ultramarins ils étaient auparavant 11 représentants,  soit 1 par territoire d’outremer. Ils ne seront plus que 8 et devront représenter plusieurs territoires. Une aberration pour la députée de Polynésie française, Maina  Sage :

Vous pensez qu’ici je peux parler au nom de la Calédonie, vous pensez que nos collègues de St Martin ou Wallis peuvent parler au nom de St Pierre et Miquelon


La place des ultramarins garantie


De son côté le rapporteur Erwan Balanant appelle au compromis. Il rappelle qu’à l’ origine il n’y avait aucune place garantie pour les ultramarins et que désormais les 8 sièges sont verrouillés pour l’outremer ce qui représente un progrès.

A Paris, le reportage de Serge Massau :

Réforme du Cese

Le CESE est peu connu du grand public, pourtant, avec le Sénat et l'Assemblée nationale, c'est la troisième assemblée inscrite dans la constitution.  Ses membres, issus de la société civile, siègent au palais d'Iéna à Paris. Christian Vernaudon, l'ancien pdg d'Air tahiti Nui est l'actuel représentant de la Polynésie.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live