publicité

De la permaculture au rahui terrestre

C'est l'histoire d'un permaculteur très concerné par l'environnement qui décide de proposer un projet de rahui non pas maritime, mais terrestre. Le but est toujours de protéger l'environnement en deux axes : réglementer les constructions humaines et encourager la pratique de la permaculture.

Philippe Darius, qui porte le projet de rahui terrestre. © Polynésie la 1ère
© Polynésie la 1ère Philippe Darius, qui porte le projet de rahui terrestre.
  • Polynésie la 1ère, Nicolas Suire, Hiro Terorotua
  • Publié le , mis à jour le
Spécialiste de la permaculture, Philippe Darius développe aujourd’hui un projet de rahui terrestre. Il entend documenter cette pratique traditionnelle pour pouvoir s’en inspirer pour une gestion durable des terres polynésiennes.

Dans son projet, il est aussi question d'interdire le terrassement des crêtes et de favoriser l'utilisation du bois ou du bambou pour les constructions.

Son projet fait partie des 25 propositions retenues par l’ONG Pew pour « préserver nos lagons ». Dans ce cadre, Philippe Darius doit réaliser un documentaire d'ici juin prochain.
 
De la permaculture au rahui terrestre
De la permaculture au rahui terrestre



 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play