polynésie
info locale

Une galerie de sourires pour dire stop à la violence

exposition Pirae
galerie de sourire contre la violence
Le sourire des élèves du lycée Aorai pour dire stop à la violence ©Polynésie 1ère
Depuis dimanche, des sourires s’affichent sur les murs entre Mahina et de Punaauia. Des portraits de personnes lambda en opposition à la recrudescence de la violence constatée en 2015.
La photographe polynésienne Marie-Hélène Villierme est à l’initiative de cette opération baptisée « A ‘ata - Smile for peace ». Marquée par l'agression mortelle à Bora Bora de Sandy Elacott, elle a souhaité à sa façon alerter la population sur une situation de plus en plus alarmante.

galerie de sourire contre la violence
Discours de Marie-Hélène Villierme, à l'initiative du projet "a'ata smile for a peace" au lycée Aorai de Pirae en présence d'Edouard Fritch, Président du pays, Nicole Sanquer, Ministre de l'Education et le vice recteur de la Polynésie ©Polynésie 1ère
Cette mobilisation citoyenne a nécessité de nombreuses semaines de travail avec pas moins d’un millier de portraits tirés. Des personnes connues et inconnues qui ont contribué de façon spontanée et volontaire à cette action.

"Parce que le sourire et le rire sont plus forts que la peur." le projet porté par l’association Pacific Storytellers a reçu le soutien du ministère de l’éducation. Résultat, le visage des 29 élèves les plus méritants du Lycée Aorai de Pirae ont été capturés par l’objectif de Marie-Hélène Villierme.  
Mercredi 13 avril à 8h00, ils ont assisté à la présentation de la banderole en présence de Nicole Sanquer, la ministre de l’Education et des agents de l’établissement scolaire.

Abinera Tematahotoa a rencontré Moana Teremate, responsable des agents et Tehau un élève photographié.

interview d'un agent et d'un élève

Mercredi dernier, les employés de la banque Socredo, du Gaz de Tahiti et de la mairie de Mahina se sont volontiers prêtés au jeu des photos. A travers  cette manifestation, l'association souhaite agir et rappeler que la violence doit être combattue par les valeurs qui sont chères à la société polynésienne : la générosité et le partage.
Publicité