Après la crise sanitaire, Air New Zealand revient à Tahiti le 4 juillet

transports polynésie française
Air New Zealand
Les 787 Dreamliners décorés de leur célèbre fougère, vont à nouveau atterrir à Tahiti-Faa'a ©Air New Zealand
Les appareils d'Air New Zealand vont bientôt atterrir à Tahiti. Ce sera chose faite dès lundi 4 juillet. Mais ils vont aussi le faire dans plusieurs pays de la région. Il était temps, après avoir traversé les turbulences dues à la crise sanitaire.

La compagnie nationale néo-zélandaise à nouveau dans le ciel du Pacifique. En deux semaines, elle compte relancer 14 lignes internationales suspendues pour cause de crise sanitaire, dont les liaisons vers Nouméa, Papeete et Honolulu depuis sa base d'Auckland. C'est le site Air Journal qui le révèle. 

Ainsi depuis vendredi dernier et jusqu'au 9 juillet, la compagnie kiwie devrait avoir "retrouvé 60% de sa capacité internationale". A la fin de l'année, elle vise même les "75%".

Avec la fin des restrictions sanitaires et l'ouverture des frontières de plusieurs pays de la région, la Nouvelle-Zélande s'ouvre à nouveau. Sa compagnie aérienne nationale, qui assurait pendant la crise des vols commerciaux mais uniquement pour le fret, reconvertit à présent ses appareils pour les vols de passagers. 

Le premier pour Tahiti est ainsi programmé lundi prochain 4 juillet. Et "deux vols par semaine sont prévus", précise Christel Bole, responsable d'Air New Zealand à Papeete. Malgré la saison hivernale au pays du long nuage blanc, et "la hausse de 5% des prix des billets d'avion, les vols sont remplis au 3/4", assure Christel Bole. C'est dire l'envie de voyager des Polynésiens ou de retrouver de la famille installée là-bas.

Air Journal précise que pour ce redéploiement, Air New Zealand a "embauché ou réembauché plus de 2000 personnels, dont 150 pilotes, plus de 500 membres d’équipage de cabine et 270 employés d’aéroport, avec 1 100 autres postes à pourvoir". Pendant la crise, 4000 personnels avaient dû quitter l'entreprise. A Tahiti, 1 personne était partie, selon Christel Bole.