Hitivai, bodyboardeur, sauvé de la noyade par Vetea David

pompiers polynésie française
Hitivai sauvé de la noyade
Hitivai, 19 ans, se souviendra toujours de ce jour où Vetea David est venu le sauver de la noyade. ©Polynésie la 1ère
Lundi dernier, Hitivai, 19 ans, a failli perdre la vie en faisant du bodyboard avec son frère au PK 13 à Punaauia. Il y avait de fortes vagues et beaucoup de courant ce jour-là. Après avoir perdu sa planche, il s'est retrouvé en difficulté, et a frôlé la noyade. Il a été sauvé par Vetea David, pompier et ancien surfeur professionnel. Par chance, sa caserne se trouve juste en face du spot et il a pu rapidement intervenir.

Hitivai Vivish a failli se noyer lundi dernier, dans le spot dit "la grosse" au PK 13 à Punaauia juste devant la caserne des pompiers. Avec son jeune frère Hitiarii, ce pratiquant de bodyboard s'est quand même jeté à l'eau alors que la mer était houleuse et parcourue par un fort courant.  

A un moment donné, le leash (cordage en plastique retenant la planche) s'est cassé quand  il a pris une énorme déferlante. "J'ai été emporté par les vagues. J'ai fait plusieurs machines à laver, et j'ai vraiment failli partir. Je ne peux même pas expliquer ce que j'ai ressenti, je ne pensais plus à rien, j'étais dans les vap, plus de force, je me disais que c'était la fin. Mais non. Vetea David était là, il m'a attrapé, il a réussi à me sauver. Je le remercie beaucoup, si jamais il n'avait pas été là, je ne serais plus ici".

Hitivai a retenu la leçon : il ne faut pas défier la nature, elle est toujours plus forte. ©Polynésie la 1ère

Vetea David est pompier et ancien surfeur professionnel. La mer, il connaît surtout quand elle est mauvaise. Ce jour-là, il avait déjà prévenu d'autres jeunes de ne pas aller dans l'eau à cause des vagues dangereuses. "J'ai vu qu'il avait cassé son leash de boogie, je le voyais prendre des paquets de mousse, 2.5 m à 3 m au bord devant la caserne, un endroit dangereux", explique Vetea David. "Il a pris 4 à 5 vagues sur la tête avant que j'intervienne. Le temps de me préparer, de prendre mes palmes, d'aviser mes collègues que j'allais faire un sauvetage, c'est à ce moment que j'ai été le chercher".

Beaucoup de risques

Le sauvetage a été délicat vu la puissance des vagues mais aussi du courant sortant. "Quand je l'ai pris, une grosse vague nous est tombée dessus. J'ai été projeté à 2 m, et je ne l'ai plus revu...j'ai dû encore aller le récupérer, plonger et le retenir, le petit frère est venu nous aider".

Hitivai a été sauvé grâce à Vetea David qui a pris aussi beaucoup de risques. Aujourd'hui, le jeune homme est conscient que rien ne sert de défier les éléments. "Comme j'aime le surf, cela ne va pas m'empêcher d'y retourner, mais j'ai retenu une grande leçon quand même : quand la houle est vraiment forte, il ne faut pas aller à la mer ! Surtout, restez au bord, faites attention...La nature est plus forte que nous, on ne peut pas résister".

Une maman très contente que son fils soit encore en vie. Elle est surtout reconnaissante de ce que Vetea David a fait en prenant beaucoup de risques. ©Polynésie la 1ère

Son frère, son père et sa mère ont eu la peur de leur vie. Pour elle, c'est un "soulagement et une grande reconnaissance pour Vetea David que le Seigneur a mis sur le chemin de notre fils au moment où il était en difficulté dans l'eau. On ne le remerciera jamais assez pour ce qu'il a fait. Parce que perdre un enfant c'est très dur, je ne sais même pas si je me serais remise de ça". 

Une maman qui met les jeunes en garde car "en ce moment on parle beaucoup de houle, il ne faut pas prendre le risque d'aller dans l'eau quand c'est comme ça". Elle reconnait surtout que les pompiers exercent un métier très dur, "ils risquent leur vie pour sauver des vies".

Hitivai sauvé
La famille d'Hitivai autour de son sauveur. ©Polynésie la 1ère