Canalisation endommagée à Punaauia : la baignade toujours interdite

baignade polynésie française
fuite
©Pol.1
La canalisation fuit toujours à Punaauia. Une partie de la plage est interdite à la baignade. Les travaux se poursuivent mais de nombreux habitants ne sont pas au courant que l'interdiction est toujours en vigueur.

Une canalisation a été endommagée par les intempéries du 27 octobre 2021, causant le déversement des eaux usées dans une zone de baignades fréquentée de Punaauia. Une mesure préventive avait été prise par la commune afin d’éviter tout désagrément.

L'arrêté appliqué depuis mercredi dernier, est toujours en vigueur : la baignade reste interdite du restaurant Red à la pointe de Nuuroa jusqu’à la fin des travaux de réparations entrepris par la Polynésienne des eaux.

Inquiétudes

Les habitants ne semblent pas tous avertis du problème. "Vu le monde qui se baigne en ce moment, il y a un manque d'informations", témoigneTuahine Douglas, un résident. En effet, si certains se sont abstenus de piquer une tête malgré les conditions favorables, d'autres pataugeaient tranquillement. 

Face à ce phénomène, d'autres inquiétudes ont fait surface. Par exemple, ce résident, que nous appellerons Toa, incrimine les usines situées au fond de la vallée. À ses yeux, les épisodes de pollutions des eaux dans cette zone sont dus aux encombrants industriels enfouis sous la terre. Au fil du temps ces déchets se répandent dans les nappes phréatiques et polluent les rivières et la mer alentours. Toa s'indigne : 

Ça fait des maladies, ça tue les poissons... Et ils veulent nous faire croire que c'est à cause des eaux usées ?! 

 

Plus long que prévu

De son côté la Polynésienne des eaux aurait identifié une fissure d'un mètre au niveau de la canalisation. "Ils ont prévu de sectionner et de remplacer le tuyau", rapporte Simplicio Lissant, maire de Punaauia.

La localisation de la fuite complique l'avancée des travaux. Située sous le pont, la réparer nécessite d'installer un échafaudage suspendu. "Cela prend un peu de temps" regrette le maire, qui en appelle à la pédagogie et la responsabilité de chacun. Des sanctions pourront être appliquées en cas de non-respect.