Covid-19 : La petite hôtellerie en souffrance

coronavirus polynésie française
PENSIONS ANNULATIONS
©Polynésie la 1ère
Au terme d’une semaine de confinement, les pensions de familles parlent déjà de 70 millions de pertes.

La crise touristique se fait sentir dans tous les archipels. Même si les autorités ont voulu limiter les dégâts en maintenant les frontières ouvertes, toutes les îles sont touchées.

Dans les îles de la société et dans quelques îles des Tuamotu Gambier et des Australes, le confinement est imposé. Les touristes n’ont donc pas la possibilité de sortir.  

Résultat le tourisme a pris, un gros coup derrière la tête; ces dernières semaines. Comme si ça ne suffisait pas. Suite au dernier confinement, les pensions de famille et autres prestataires indépendants subissent de plein fouet les annulations en cascade.

Mélinda Bodin, la représentante des pensions de familles et des professionnels du tourisme a déjà constaté 70 millions de manque à gagner.

Elle répond à David Changue

PENSIONS ANNULATIONS
©Polynésie la 1ère

 

Mélinda Bodin, présidente de l'association du tourisme authentique

 

Des paquebots à l’arrêt, aucun touriste à l’horizon, le confinement se fait donc sentir pour tous les acteurs du tourisme polynésien. Les annulations de réservations pleuvent,

Un avenir incertain pour ces entrepreneurs qui espèrent des aides conséquentes du Pays, mais aussi de l'Etat.

Exemple dans cette pension à Tahaa. Théodore et ses 3 employés accueillent une vingtaine de clients par jour, mais la semaine prochaine, tout s’arrête.

PENSIONS ANNULATIONS
©Polynésie la 1ère

Difficile de subsister dans ce contexte alors si, comme le préconise le président du Pays, il faut s’en remettre à l’Au-delà, les professionnels du secteur, croyants ou pas, espèrent des mesures plus concrètes

La fédération générale des entrepreneurs, forte de 12 000 prestataires indépendants, tous secteurs confondus, en appelle aujourd’hui à la solidarité nationale.