Covid : la vaccination se poursuit au fenua et le pass vaccinal a été adopté par le Sénat

coronavirus polynésie française
61ba45331e303_chapo-jo-olympiques.jpg
Face au virus, pour l'instant seule la vaccination a fait ses preuves. ©Polynésie la 1ère
Cette semaine, ce sont plus de 3 800 personnes qui se sont faites vacciner au fenua. Depuis le 15 janvier, les personnes qui ne sont pas à jour sur leur vaccin voient leur pass sanitaire désactivé. En Métropole, le pass vaccinal a été adopté au Sénat, ce dimanche 16 janvier.

La vaccination contre le covid se poursuit au fenua. Samedi, 1573 personnes se sont faites vacciner. Depuis le début de la semaine, ce sont 3 868 vaccinations qui ont été réalisées. Parmi ces vaccinations, plus de 2 000 ont fait leur troisième dose. 

Le centre de vaccination placé sous le chapiteau de la Présidence est ouvert ce dimanche de 8h à 12h. Plus de 73% des Polynésiens ayant plus de 12 ans ont un schéma vaccinal complet.

Pass vaccinal adopté par le Sénat 


Pour rappel, depuis le 15 janvier, les personnes qui ne sont pas à jour sur leur vaccin ont leur pass sanitaire désactivé. Quant au pass vaccinal, au terme de deux semaines de débat, le Parlement a définitivement adopté le projet de loi renforçant les outils de gestions de la crise sanitaire, lors d'un ultime vote à l'Assemblée nationale, ce dimanche 16 janvier. La promulgation de cette loi, qui instaure notamment le controversé pass vaccinal, n'est plus qu'une affaire de jours selon le gouvernement. 

Pour être valide, le pass vaccinal ne prendra en compte que le schéma vaccinal, qui doit être complet, ou un certificat de rétablissement attestant d'une guérison du Covid-19 datant de moins de six mois. Les tests de dépistage du Covid-19, qu'ils soient de type PCR ou antigéniques, ne sont plus suffisants pour obtenir le précieux sésame.

En Métropole, le pass vaccinal sera obligatoire pour accéder aux lieux où le pass sanitaire était déjà demandé (bars, restaurants, cinémas, centres commerciaux de plus 20 000 m2), mais aussi pour emprunter certains moyens de transport, comme les trains, les avions domestiques, les bus, les cars et le co-voiturage. Pour voyager par ces moyens, la loi précise que les non-vaccinés devront obligatoirement justifier d'un "motif impérieux d’ordre familial ou de santé" ainsi que d'un test négatif.

Le pass vaccinal ne concernera que les personnes âgées de 16 ans ou plus. Les jeunes âgés de 12 à 15 ans pourront (et devront) continuer à présenter un pass sanitaire pour entrer dans un lieu à accès restreint.

Ce sésame sera temporairement attribué aux personnes non vaccinées, mais engagées dans un schéma vaccinal, ainsi qu'aux personnes qui n’ont pas encore reçu leur dose de rappel sept mois après leur dernière dose. Le temps que ces personnes atteignent un schéma vaccinal complet, elles pourront présenter un résultat de test négatif à la place du pass vaccinal.