Présidentielle 2022 : Macron ne veut" laisser personne au bord du chemin"

élection présidentielle polynésie française
Macron réélu
Emmanuel Macron pendant son allocution au Champ de Mars à Paris. ©France Télévisions
En promettant une "méthode refondée" pour gouverner la France, Emmanuel Macron assure qu'il ne laissera personne "au bord du chemin", dans l'Hexagone comme en outre-mer. Si les Antillais ont voté massivement contre lui, dans le Pacifique, en Polynésie en particulier, son aura n'est plus tout à fait la même.

Emmanuel Macron a remercié dimanche les électeurs ayant voté pour lui "non pour soutenir" ses idées "mais pour faire barrage à celles de l'extrême droite", ajoutant qu'il avait "conscience que ce vote (l)'oblige pour les années à venir", lors d'une allocution prononcée devant ses partisans depuis le Champ de Mars à Paris.
"Je sais aussi que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l'extrême-droite. Et je veux ici les remercier et leur dire que j'ai conscience que ce vote m'oblige pour les années à venir", a déclaré le président réélu, arrivé sur le Champ de Mars entouré d'enfants et de son épouse, Brigitte Macron, sur fond d'Ode à la joie de la 9e symphonie de Beethoven, l'hymne européen.

Une réponse pour les désaccords

Le président réélu Emmanuel Macron a affirmé dimanche que "la colère et les désaccords" qui ont conduit à voter pour le projet de l'extrême droite "doivent trouver une réponse", lors d'une allocution prononcée devant ses partisans depuis le Champ de Mars à Paris.

Emmanuel Macron a promis une "méthode refondée" pour gouverner la France, assurant que "nul se sera laissé au bord du chemin", dimanche après avoir été réélu président de la République.
"Cette ère nouvelle ne sera pas la continuité du quinquennat qui s'achève", a assuré le président sortant lors de son discours de victoire au Champ de Mars, appelant à être "bienveillants et respectueux" dans un pays "pétri de tant de doutes, tant de divisions".

Vote sanction des outre-mer

Du point de vue des outre-mer, ces doutes et ces divisions ont abouti à un vote sanction très net. Par exemple en Guadeloupe, Marine Le Pen remporte 70% des suffrages, 61 % en Martinique, 60% en Guyane et un peu plus de 50% à Saint-Pierre et Miquelon. Seul le Pacifique reste fidèle à Emmanuel Macron, la Nouvelle-Calédonie le soutient à hauteur de 61 %, mais c'est moins net en Polynésie qui a voté à 51 % pour le président sortant.

Le lien de confiance entre ce dernier et les outre-mer est bel et bien abîmé, un lien qu'il faudra reconstruire.

Ecoutez Serge Massau d'Outre-mer la 1ère :

©polynesie