Hawaiki Nui va'a : les aito pourront carburer avec des produits locaux

hawaiki nui polynésie française
foire agricole
Lors de la dernière foire agricole. Les fruits et légumes du pays ont été très prisés des visiteurs, pourquoi pas des rameurs de la grande course de va'a. ©Polynésie la 1ère
Du ma'a Tahiti et de l'eau de coco pour les rameurs de la Hawaiki Nui Va'a. C'est l'idée lancée par le ministère de l’Agriculture, dans le cadre du schéma directeur agricole 2021-2030, afin de promouvoir les produits du terroir au sein d'événements sportifs.

S'appuyer sur l'Hawaiki Nui Va'a pour véhiculer des valeurs saines comme s'alimenter de préférence avec des produits du terroir, c'est désormais le crédo du ministère de l'Agriculture à travers le slogan "les produits locaux, carburant des aito".

Ce slogan et de nombreuses informations sur le secteur agricole seront ainsi largement diffusés lors de la fameuse course de va’a. Pour mettre en valeur et promouvoir la qualité nutritive des produits locaux, le ministère de l’Agriculture a souhaité proposer du ma’a Tahiti et de l’eau de coco à boire pour les compétiteurs de la Hawaiki Nui Va'a.

En parallèle, samedi dernier, Tearii Te Moana Alpha, ministre de l’Agriculture, s’est rendu sur le site de la construction du tout premier atelier d’agro-transformation à Huahine. Ce bâtiment de 130 m2 d’un coût d’environ de 70 millions cfp sera livré en janvier 2023, pour être ensuite confié à un opérateur privé.

centre agro-transformation Huahine
Le premier atelier d'agro-transformation de Huahine en cours de construction. ©Gouvernement

Un appel à candidatures sera publié le mois prochain, afin de sélectionner le futur exploitant proposant le projet le plus en phase avec l’agro-transformation des produits locaux.

Ce vaste programme de construction budgété par le Pays, prévoit 6 nouvelles unités aux Iles Sous-le-Vent et 3 à Tahiti, pour un montant total d’investissement de 600 millions cfp co-financé par l’Etat. Ces bâtiments permettront notamment de transformer les produits agricoles vivriers (taro, uru, umara, etc.) destinés à la restauration scolaire.