Hôpital d'Uturoa : les grévistes demandent des embauches le plus tôt possible

Malgré la grève, l'hôpital accueille toujours les patients.
Depuis samedi, 80 % (selon les syndicats) du personnel de l'hôpital de Uturoa est en grève. Pourtant, il continue à fonctionner. Un personnel qui dénonce ses conditions de travail, mais veut surtout que des postes soient créés pour alléger le travail des équipes sur place. Pour l'intersyndicale, le personnel soignant est à bout de souffle et réclame des moyens rapidement.

Dans notre matinale radio de ce lundi, le docteur Dubois, secrétaire général des personnels de santé des ISLV, qui travaille à l'hôpital de Uturoa est revenu sur les raisons qui ont abouti à cette grève dans l'établissement de santé. C'est surtout le manque de personnel qui est dénoncé et les conditions de travail qui en découlent pour les effectifs en place. 

Les grévistes dénoncent le manque de moyens humains et une surcharge de travail.

"Le ministère de la Santé est tout à fait d'accord pour créer ces postes, mais nous ne sommes pas d'accord sur la période. Il demande 6 mois d'attente, ce qui montre qu'ils n'ont pas compris l'étendue des dégâts au niveau du personnel. C'est un manque d'empathie que nous condamnons", a déclaré le docteur Dubois. Et de poursuivre que "ce soit fait dans les plus brefs délais. Au maximum dans les 3 prochains mois..."

Selon le docteur, des élus locaux et nationaux devraient voir les grévistes aujourd'hui, qui prévoient de manifester mercredi dans les rues d'Uturoa... "Hier, parmi le personnel qui travaillait, il y avait plus de 90% de grévistes, il ne faut pas continuer à les laisser souffrir comme ça, il faut absolument que les tutelles prennent conscience que ce que nous racontons n'est pas des mensonges", a assuré le docteur Dubois.

Selon la Présidence, il y avait 33% de grévistes.

Ecoutez-le :