Raphaël Vialle, chirurgien parisien, redresse les colonnes vertébrales de jeunes patients polynésiens

santé polynésie française
Radiographie d'une scoliose et d'une cyphose
Radiographie d'une scoliose et d'une cyphose ©Polynésie la 1ère
C'est une délivrance pour une petite fille de dix ans ... La patiente souffre d'une cyphose et d'une scoliose depuis sa naissance. Grâce à l'opération du professeur Raphaël Vialle, sa colonne vertébrale va guérir.  Ce spécialiste de l'hôpital Armand Trousseau à Paris a fait le déplacement pour opérer 7 autres jeunes patients à l'hôpital de Taaone.

L’incision est précise, les gestes sont minutieux. La jeune patiente âgée de 10 ans souffre depuis sa naissance d’une déformation importante. L’avenir de sa colonne vertébrale est désormais entre les mains expertes de Raphaël Vialle, professeur en chirurgie orthopédique, pédiatrique. « Elle a une double déformation, une scoliose et une cyphose, l’objectif serait de corriger cette déformation en mettant des vis au-dessus et en-dessous de la malformation en retravaillant un petit peu les vertèbres dans les zones les plus déformées et à ce moment-là, on devrait pouvoir aligner toutes les vertèbres les uns en dessous des autres avec un équilibre satisfaisant », explique le spécialiste.

Radiographie d'une scoliose et cyphose
Radiographie d'une scoliose et cyphose ©Polynésie la 1ère

Le professeur a étudié pendant 6 mois le dossier de ses patients polynésiens qui ont les mêmes pathologies. 

"Entretenir une relation avec des gens et des services de référence…"

Il a apporté avec lui du matériel chirurgical et notamment les vis dans le but d’opérer en moyenne 6 enfants tous les 2 ans afin de leur éviter le tumulte des évasan ainsi qu’à leur famille. « Ça nous permet d’une façon ponctuelle de traiter des cas complexes que l’on n’aurait pas pu opérer tout seul et qu’on aurait été obligé d’évasaner. L’autre aspect fondamental c’est entretenir une relation avec des gens et des services de référence, ça permet dans beaucoup de domaines un transfert progressif des compétences », ajoute Karim Djenadi, chef du service d’orthopédie et de traumatologie du CHPF.

La délivrance

Après avoir installé les vis, les tiges vont permettre de redresser la colonne vertébrale de la petite fille sans endommager sa moëlle épinière. L’heure est venue de refermer l’incision de 35cm. "La correction a pu se faire de façon complète, sans aucun risque neurologique. On a pu surveiller la moëlle épinière pendant toute l’opération dans de bonnes conditions", conclut le professeur Raphaël Vialle.

Une cohésion entre les professionnels de santé pour permettre à la réussite de l'opération.
Une cohésion entre les professionnels de santé pour permettre à la réussite de l'opération. ©Polynésie la 1ère

Dès demain, la petite fille pourra se lever avec l’aide de kinésithérapeute, sa colonne continuera de grandir au fil des ans avec l’assurance de ne plus être déformée.

Une incision, pour un meilleur avenir
Une incision, pour un meilleur avenir ©Polynésie la 1ère