L'hôpital de Taravao et ses projets

santé polynésie française
Tournée de la FHF
Tournée de la FHF ©Polynésie La 1ère
Les dépenses de santé pèsent lourds chaque année à la collectivité… 56 milliards de Fcfp en 2020, toutes catégories de soins confondues. Le prix à payer pour des soins optimaux. À l’instar du CHPF, les hôpitaux de proximité jouent un rôle clé. Exemple à Taravao, où l’établissement est voué à être le deuxième plus grand hôpital de Polynésie.

Accueil pluvieux mais accueil chaleureux pour la délégation de la fédération hospitalière de France (FHF). Reçue par Marie-Pierre Tefaafana, directrice de l'hôpital de Taravao, la visite débute par une présentation générale de cet établissement créé en 1951. Malgré plusieurs périodes difficiles, l'hôpital périphérique de Taravao se porte bien. "L'état de santé de l'hôpital de Taravao suite à nos dernières années de covid, se porte bien et je félicite le personnel qui a su rebondir. On est en train de s'ouvrir à d'autres activités avec un dynamisme fort et important, surtout au niveau de la qualité de la prise en charge", explique la directrice de l'hôpital de Taravao. 

Parmi les membres de la délégation, le directeur du centre hospitalier du Nord de la Nouvelle-Calédonie a agréablement été surpris par la qualité des soins dispensés en zone rurale. "C'est un hôpital de proximité donc qui correspond un petit peu à la taille de mes hôpitaux (...) Ça me parle beaucoup parce que les enjeux, la prise en charge... Nous sommes des hôpitaux intermédiaires", confie Joachim Tutugoro.

Vous êtes dans le vrai à mettre en place une organisation de proximité pour répondre au besoin de santé

Zaynbab Riet, déléguée générale de la FHF

Pour la déléguée générale de la FHF, s'il est essentiel de préserver l'offre de soin de proximité, il faudrait selon elle unifier les gouvernances afin de mutualiser les compétences. Une action inscrite dans le schéma d'organisation sanitaire du gouvernement. "Vous êtes dans le vrai à mettre en place une organisation de proximité pour répondre au besoin de santé. Parce que ce qu'on a pu constater avec la pandémie est qu'en matière de santé, la proximité est essentielle. Ça c'est le premier point positif, le deuxième est que vous avez un tissu et un réseau qui permettent à l'ensemble des professionnels, qu'ils soient à l'hôpital ou en ville, d'exercer pour le bien des populations", explique Zaynbab Riet, déléguée générale FHF. 

©polynesie