Les vélos électriques ne font pas l'unanimité

sécurité polynésie française
velo electrique
Les vélos électriques se multiplient au fenua et Papara n'y échappe pas. ©Patita Savea
Samedi dernier, un accident mortel s'est produit à Papara, dans lequel la conductrice du deux roues est décédée. Un malheureux événement qui n'éveille pourtant pas les consciences. La maire de la ville constate : les usagers de ses appareils ne respectent pas le code de la route.

Le drame s'est déroulé à Tiamao, une dame a perdu la vie, un tort que les riverains ont tendance à rejeter sur les automobilistes car selon l'un d'eux "les voitures doublent et ils ne respectent pas la ligne continue". 

Ce moyen de locomotion s’est démocratisé à Papara à l’instar de toute la Polynésie, une solution pratique et surtout peu onéreuse. Cependant, les utilisateurs ne sont toujours pas au fait de la réglementation liée à ces véhicules désormais motorisés. Le maire de la commune, Sonia Punua, appelle à la prudence.

D’autant qu’aucune règlementation  n’encadre cette activité, de plus, les adeptes de tels engins sont rarement équipés, le problème c’est qu’ils peuvent filer jusqu'à 40 voire 50 km/h. Dans ce cas, leurs vélos électriques pourraient entrer dans la catégorie des vélomoteurs, ce qui nécessite le port du casque.

La sensibilisation, c’est donc tout ce qui reste à la mairie et aux forces de l’ordre pour essayer de limiter les dégâts occasionnées en attendant que les hautes autorités du territoire établissent une réglementation.