Manihi : la pêche au komene

pêche polynésie française
La pêche au komene ©Polynésie La 1ère
Connaissez vous le komene ? Ce poisson de la famille du chinchard est en réalité la version adulte du ature. Il est très présent dans les îles et notamment aux Tuamotu à Manihi. Partons à la découverte de la pêche au komene avec Louis et son ami.

Ce sont deux experts de la pêche à Manihi. En cette soirée de pêche, les lignes vont descendre à 200 voire 300 mètres de profondeur. L'objectif : ramener des mérous, des rougets, des carangues noires et surtout du komene. "Nous allons faire une bonne pêche car c'est la nouvelle lune : il fait tout noir", observe Louis Tetua, la lampe frontale allumée alors qu'il installe son matériel dans le bateau. 

À peine arrivés à la passe, les deux pêcheurs croisent un autre bateau revenant de Ahe, avec les glacières pleines. À chaque type de poisson son appât. Louis se charge de les attacher aux hameçons. "Je prépare les hameçons pour pêcher les ature, on dit les chinchards, les rougets, et les mata anaana", explique le pêcheur. 

Une technique efficace puisque à peine la ligne lancée que déjà ça mord. Et, c’est un komene, la version adulte du ature que l’on connaît à Tahiti. Un poisson dont les requins sont très friands. Les prédateurs se joignent à la partie de pêche. "C'est fiu quand les requins sont là, tu perds beaucoup de lignes et d'appâts (...) Ils viennent juste ici pour t'embêter", raconte Louis Faara.

La tactique de la pêche au komene, c’est la vitesse. Pour éviter que le requin ne parte avec la prise, il faut être rapide pour ramener le poisson à bord du bateau. En ce soir de nouvelle lune, les komene sont de sortie. "La chair du komene est un peu dure mais c'est très très bon en poisson cru et en numéro 1 en fafaru"

À peine sortis quelques heures, les deux pêcheurs sont de retour. Ils ont ramené juste de quoi nourrir leur famille. C’est pourquoi à Manihi, on ne risque pas de mourir de faim.... 

©polynesie