Motu Ofetaro : des écoliers regénèrent la cocoteraie avec 50 cocos hybrides

agriculture polynésie française
Les cocotiers hybrides préférés aux cocotiers sauvages. Des écoliers de CE2 ont planté la semaine dernière sur le motu Ofetaro une cinquantaine de cocos hybrides dont les futurs troncs seront moins hauts. Résultat : leur entretien sera plus facile.

Il y a peu, la commune d'Uturoa avait procédé au réaménagement du motu communal Ofetaro, dans la passe Te ava piti qui accueille les rameurs de la Hawaiki Nui Va'a lors de la 1ere étape Huahine-Raiatea, en abattant des vieux et hauts cocotiers. En effet, quand ils tombent leurs fruits sont dangereux pour les touristes et les locaux. Les arbres plus jeunes leur sont préférés au moment de l'écocotage car moins hauts.

Du coup l'idée a germé de régénérer la cocoteraie par des noix hybrides, qui donneront des troncs moins hauts, sélectionnées et fournies par la DAG (Direction générale de l'agriculture), et replantées la semaine passée par deux classes de CE2 des écoles Vaitahe et Apooiti d'Uturoa. "On est sur une taille moyenne...certains sont nains", précise Heiarii ROIHAU conseiller territorial et employé à la CAPL.

Ce sont donc 40 élèves qui ont embarqué dans la pirogue, sous la haute surveillance des sapeurs-pompiers et sauveteurs aquatiques de la commune, pour planter 50 cocos et participer parallèlement à 6 ateliers dont le thème était le cocotier : que fait-on du tronc, des palmes, des fruits etc.

regénération cocoterais
Un atelier pour expliquer tous les usages de la noix de coco. ©Polynésie la 1ère

La mairie avait dédié des élus et des agents pour gérer tout ce monde, car à l'issue de la matinée éducative de plantation et d'ateliers, tous les enfants se sont mis à l'eau dans un périmètre balisé en attendant le ma'a Tahiti préparé par la cuisine centrale.

Les 2 classes de CE2 ont été sélectionnées car le cursus de 3 ans avant l'entrée en 6e leur permettra dans les 3 ans à venir, de se rendre compte de l'évolution de leurs arbres. Il faut environ 5 ans pour que ces derniers arrivent, sinon à leur taille adulte, tout du moins à produire les premiers fruits.

Une belle réussite à renouveler.