Nouvelle passe d'armes entre le Tavini et le sénateur Teva Rohfritsch : "il se trompe et persiste"

tavini polynésie française
Clash entre Teva Rohfritsch et Oscar Temaru au sujet de l'aide de 477 millions cfp obtenue au sénat, au début du mois d'août 2022. ©Polynésie la 1ère
Réponse du berger à la bergère dans un nouveau communiqué du Tavini Huiraatira qui répond à la conférence de presse de Teva Rohfritsch autour de la solidarité nationale. Pour le parti indépendantiste, le sénateur "persiste et signe dans son incompréhension de la philosophie de notre réinscription par l'ONU".

Dans un communiqué adressé aux rédactions ce samedi 13 août, le Tavini Huiraatira répond à la conférence de presse du sénateur Teva Rohfritsch, du 11 août dernier. "Notre sénateur déclare qu'une Polynésie française/Maohi Nui indépendante serait 'une mendiante dans les couloirs de l'ONU à la recherche d'aides internationales.'

Ce faisant, il prouve encore qu'il est enfermé dans ce qui s'apparente à une ligne de métro ponctuée de deux stations : Paris et Papeete, et qu'hors de cette relation bilatérale de soumission à la la capitale métropolitaine, il n'y aurait point de salut pour le peuple Maohi.

Il se trompe et persiste, tant il craint le prochain résultat des élections territoriales de 2023. L'ONU reconnaît notre droit à la pleine souveraineté et notre droit de souveraineté sur nos ressources naturelles et nos richesses sous-marines présentes dans l'une des plus grandes zones économiques exclusive du monde.

Ces richesses sont estimées à 75 000 milliards de US$.

Souverain et détenteur d'un siège et d'une voix à l'ONU, nous négocierons d'égal à égal avec nos partenaires, que ce soit l'Australie, la Chine, les Etats-Unis, la France ou le Japon les droits d'exploration et d'exploitation de nos ressources.

Nous ne serons pas un peuple de mendiants d'une capitale lointaine et tellement endetté elle-même.

Nous serons un peuple souverain, riche et fier de vivre libre parmi tous nos voisins du bassin pacifique.

Nous serons des acteurs à part entière, capables de se positionner sur les deux grands axes géopolitiques du moment d'une part, les routes de la soie de la Chine et l'axe indo pacifique de l'Europe.

Je réitère mon souhait à notre sénateur : ne vous trompez pas de combat, collaborez avec nos trois députés sur la protection de l'emploi local et sur la reconnaissance de notre droit de propriété sur nos ressources naturelles."