publicité

Nucléaire : Lana Tetuanui persiste et signe

La sénatrice polynésienne, Lana Tetuanui, a organisé une conférence de presse, ce mercredi 30 janvier, à Paris. Enne était accompagné d'Alain Christnacht, le président du CIVEN. Objectif : répondre à la polémique qui enfle autour de l’indemnisation des victimes des essais nucléaires.

© Serge Massau / outremer 1ère
© Serge Massau / outremer 1ère
  • Par Axelle Mésinèle
  • Publié le , mis à jour le
Le 20 décembre, le Parlement a adopté un amendement qui introduit le seuil de 1 millisivert nécessaire pour prétendre à une indemnisation. C’était une proposition issue du rapport présenté par Lana Tetuanui en fin d’année dernière. C’est une règle de radioprotection définie par le code de la santé publique. Mais les associations craignent l’apparition d’un nouvel obstacle qui pourrait freiner l’indemnisation des victimes. Lana Tetuanui réfute les inquiétudes et déclare " j'assume pleinement ce que nous avons fait à travers cet amendement ".  Et la sénatrice d'ajouter, " Mon souci, c'est le souci des malades, qu'ils puissent prétendre à une indemnisation légitime ".
 
Nucléaire , Lana Tetuanui persiste et signe
Nucléaire , Lana Tetuanui persiste et signe

Lana Tetuanui " J'assume pleinement "


Le tribunal administratif de Papeete a décidé de réexaminer certains dossiers de victimes au regard de ce nouveau texte de loi. Faut-il craindre des décisions moins favorables aux victimes ? Pour Alain Christnacht, le président du CIVEN, le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, " le tribunal administratif s'apprêtait à dire que le CIVEN ne pouvait pas fonder son refus sur le 1 millisivert du code de la santé publique, parce que la loi Morin disait le contraire, maintenant c'est la loi Morin qui dit la même chose que le code de la santé publique ".
 

Alain Christnacht " Maintenant la loi Morin dit la même chose que le code de la santé publique "


Mardi, lors de la séance des questions orales au gouvernement, au palais du Luxembourg, Moetai Brotherson est intervenu sur cette question. Le sénateur a indiqué  " On voudrait transformer le CIVEN en machine à ne pas indemniser, qu’on ne s’y prendrait pas autrement "

 

Le Tapura Huiraatira estime que " Moetai Brotherson joue les vierges effarouchées ". Le sénateur indépendantiste faisait partie de la commission de cadrage de la loi Morin présidée par Lana Tetuanui. Et selon le parti de la majorité, " en tant que membre de cette commission, il ne pouvait pas ignorer la méthodologie adoptée par le CIVEN depuis le 14 mai 2018 ". 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play