Omicron : les petits contaminent les grands

coronavirus polynésie française
61ba45331e303_chapo-jo-olympiques.jpg
Face au virus, pour l'instant seule la vaccination a fait ses preuves. ©Polynésie la 1ère
La circulation du virus est très active chez les jeunes. S'ils développent rarement des formes graves, ils peuvent en revanche contaminer les adultes et mettre en danger les personnes fragiles non-vaccinées.

En moyenne, le docteur Didier Bondoux reçoit une vingtaine de jeunes par jour, en consultation dans son cabinet de Faa'a. Ils viennent généralement consulter pour un rhume ; la moitié d'entre eux s'avèrent en fait positifs au covid. Les symptômes sont les suivants : un "nez qui coule", des maux de tête et parfois la diarrhée.

Omicron est un variant extrêmement contagieux. Il est possible de l'attraper deux fois. Les personnes touchées sont majoritairement non-vaccinées.

Une adolescente de 14 ans est hospitalisée en réanimation, a indiqué le Président du Pays, mercredi 16 février. Il s'agit pour l'instant d'un cas isolé.

Didier Bondoux n'est pas alarmiste dans son discours concernant les jeunes. Son inquiétude reste centrée sur les adultes. Le docteur craint que la circulation du virus parmi les jeunes entraine une vague de contaminations chez les plus âgés - notamment "les gens fragiles pas vaccinés" - et une montée des hospitalisations.

Même s'il est moins dangereux, comme il est beaucoup plus contagieux, ils vont contaminer beaucoup plus de personnes. C'est toujours pareil.

Didier Bondoux, docteur

Le docteur rappelle que la vaccination reste le seul moyen efficace de lutter contre le virus.

"Les données sont posées, on nous donne les moyens d'avoir un vaccin qui protège les formes graves et évite un stage en réanimation, c'est déjà une protection énorme, le rabâcher est important. La vaccination peut également éviter les covid longs, très désagréables", précise le médecin.