Pass sanitaire à Bora Bora : ce qu'en pensent les professionnels

coronavirus polynésie française
Tourisme et pass vaccinal à Bora Bora
Tourisme et pass vaccinal à Bora Bora ©Tourisme et pass vaccinal à Bora Bora
Les premières sanctions concernant le pass sanitaire à Tahiti et dans les îles vont être données à partir de ce dimanche 23 janvier. Salariés et employeurs de l'île sont maintenant dos au mur.

La date du 23 janvier résonne actuellement dans tous les foyers, plus précisément chez ceux qui refusent de se faire vacciner. L'ARASS (Agence de régulation de l'action sanitaire et sociale) a commencé son action de répression à Tahiti et dans les îles. 

À Bora Bora, certains dirigeants ont rappelé à leurs employés de la sanction qu'ils encourent. Marc Manate, gérant d'une grande surface d'alimentation et diverses, a par exemple choisi de se faire vacciner sans pour autant l'imposer à ses 70 employés : « J'ai envoyé la liste des non vaccinés a l'ARASS [...] Je crois que les non vaccinés ne croient pas trop à l'application de cette peine [...] En tous cas, j'ai fait ma part du travail, j'en ai parlé à tout le monde, précise-t-il ». 

Si certains ont suivi leurs dirigeants, d'autres devront soit s'y soumettre, soit s'acquitter de l'amende de 180 000 Fcfp. Tout employé étant en contact avec le public ne pourra y échapper, car chaque enseigne qu'elle soit privée ou publique est contrainte de renseigner la situation vaccinale de ses salariés à l'ARASS.

Cette situation risquerait de perturber le fonctionnement de la situation économique de Bora Bora au regard de tous ces chefs d'entreprise et des patentés de l'île.