Résidence des jeunes travailleurs : une chance pour débuter dans la vie active

logement polynésie française
61d650dad7951_2022-01-05-jd-agence-immo-sociale-frame-13492.jpg
Teiva, résident, en formation d'infirmer ©Polynésie la 1ère
En Polynésie, l’unique résidence pour jeunes travailleurs a ouvert ses portes à Pirae en juin 2021. Elle vise à proposer une solution de logement à des jeunes célibataires avec un revenu insuffisant pour accéder à un logement privé - considérant les prix très élevés du marché immobilier polynésien.

En Polynésie, les loyers sont très élevés. Autant dire que pour un jeune qui débarque dans la vie active et rémunéré au smig, trouver un logement à un prix abordable est un véritable challenge. 

C'était d'ailleurs le cas de Teiva, 23 ans, en formation d'infirmier, qui dormait dans sa voiture avant d'emménager dans la résidence des jeunes travailleurs. Un bâtiment de la Cité Grand appartenant à l'office polynésien de l'habitat et mis à disposition de l'AISPF, l'agence immobilière sociale de Polynésie française, destiné à loger des jeunes célibataires avec une petite rémunération, pour pallier au problème de logement.  

Une tranche "oubliée" de la population

Ce dispositif récent est une opportunité incontestable pour cette tranche de la population qui ne pouvait ni accéder aux logements étudiants, ni aux logements sociaux. 

L’unique résidence pour jeunes travailleurs a ouvert ses portes en juin 2021.


Les logements sont proposés en colocation, pour 20 000 cfp par mois et par résident. Ajoutez à cela environ 2 000 cfp pour l'électricité, ainsi que vos charges personnelles (internet par exemple). Plusieurs machines à laver sont mises à disposition à chaque étage. Les contrats de bail sont limités à deux ans, pour laisser la chance à d'autres locataires.

Depuis le 1er janvier 2022, la gérance de la résidence des jeunes travailleurs est passée entre les mains de la délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ). 

Regardez le reportage de Lucile Guichet-Tirao, Herevai Hoata et Jacques Damour :

©polynesie