Sommet des îles du Pacifique à Washington : la voix des nations insulaires va compter

politique polynésie française
Fritch et Biden
Edouard Fritch est invité par le président américain Joe Biden pour le Sommet des îles du Pacifique qui se tiendra à Washington. ©Polynésie la 1ère/France 2
Le président du Pays Édouard Fritch, accompagné de Manuel Terai et de Thierry Catteau, s'envolera ce soir a Washington sur invitation du président des États Unis Joe Biden. Objectif premier : participer au sommet sur le climate summit, 2 jours pour se rencontrer, discuter et parler climat mais pas seulement.

C’est une invitation du gouvernement américain, 18 Etats et îles du Pacifique participeront à ce sommet unique exceptionnel car une première dans l’histoire. 
Il sera question du réchauffement climatique, de la résilience des populations du Pacifique mais aussi d'énergies renouvelables.

Kamala Harris
La vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, lors de son intervention en visio-conférence au forum du Pacifique à Fidji en juillet dernier. ©Polynésie la 1ère


On se souvient aussi, dans le discours de la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris lors du 51e forum du Pacifique à Fidji, des 60 milliards de francs qui doivent être attribués aux îles du Pacifique par les Américains. Une aide qu'il va falloir aussi aller chercher. 


Ecoutez Edouard Fritch :

Mais au-delà de ces sujets bien évidemment importants, on n’est pas sans ignorer que l’on vit dans un contexte mondial de tension et de guerre, notamment avec la position menaçante de la Chine.
Alors ce forum tombe à pic, car les îles du Pacifique deviennent du coup un point stratégique pour les grandes nations qui veulent maintenir leur zone d’influence.
Les 18 Etats et îles insulaires veulent se souder et parler d’une seule voix. 

Ecoutez le président du Pays :


On l’aura bien compris, au-delà de cette rencontre entre les petits Etats insulaires et la plus grande des nations, il y a bien une autre idée, celle pour la région Pacifique de s’assurer d’une protection mais aussi de s’unir plus que jamais dans un contexte aussi instable qu'incertain.
 
Et puis le président Fritch l’a confirmé ce matin à nos équipes, il n’ira pas à l’ONU. Les indépendantistes seront donc les seuls à plaider la semaine prochaine à la tribune de la 4ème commission des Nations Unies !