Soupçonnée de maltraitance, elle est finalement relaxée

justice polynésie française
Prévenue soupçonnée de maltraitance
Prévenue soupçonnée de maltraitance ©Miri Tumatariri
Une femme a été jugée par le tribunal correctionnel pour privations de soins ou d'aliments sur un mineur de 15 ans, un enfant en situation de handicap. À l'issue des débats, faute d'éléments étayant sa culpabilité, elle a été relaxée.

Une affaire peu banale a été jugée, ce mardi 11 janvier, par le tribunal correctionnel. Face au magistrat, une femme de 57 ans soupçonnée de privations de soins ou d'aliments sur un mineur de 15 ans.

Depuis 20 ans, elle accueillait principalement des enfants en situation de handicap. Et c'est sur l'un de ces enfants que les soupçons de maltraitance ont porté. 

Direct Miri Tumatariri tribunal correctionnel

Durant le procès, la prévenue a nié les faits. Sans formation spécifique à la prise en charge d'enfants en situation de handicap, ni de domicile adapté, elle a reconnu que c'est " sur le tas " qu'elle a appris " comment travailler, comment être avec un enfant handicapé, un bébé ". De quoi, tout de même, s'interroger sur les critères de sélection des familles d'accueil.

Témoignage prévenue

À l'issue du procès, faute d'éléments suffisants pour prouver sa culpabilité, la prévenue a été relaxée par le tribunal correctionnel. Depuis que cette affaire a éclaté, l'agrément de la quinquagénaire lui a été retiré.