Sursis et relaxe dans l'affaire du bébé soigné au ra'au tahiti

justice polynésie française
Un bébé mort soigné aux raau tahiti
©polynésie.la1ère

Le jugement est tombé, ce mardi 09 février, dans l’affaire du bébé mort après avoir été soigné au ra’au tahiti. Le tribunal correctionnel a prononcé des peines avec sursis et la relaxe pour 3 prévenus.

La petite fille de 16 mois a succombé, le 14 juillet 2016, à une infection mal soignée et à une déshydratation sévère. Les jours qui ont précédé sa mort, elle a été soignée avec des ra'au tahiti. Le tradipraticien de la famille qui avait diagnostiqué une angine, lui avait prescrit des plantes en décoction. En la massant, il avait permis de libérer des germes dans son organisme et a ainsi aggravé son état. Le tribunal correctionnel l'a condamné à un an de prison avec sursis pour homicide involontaire et exercice illégal de la médecine.

L’arrière-grand-mère qui refusait d'aller voir un médecin, de peur de se faire mal comprendre du praticien, a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Les magistrats ont prononcé 3 mois de prison avec sursis pour les grands-parents. Les jeunes parents du bébé ont également été reconnus coupables d’homicide involontaire par négligence mais ont été dispensés de peine.

Et la relaxe a été prononcée pour l’arrière-grand-père, la tante et la tradipraticienne qui a vu le bébé le 14 juillet.

Le tribunal correctionnel a estimé dans son jugement que la petite fille a été " privée de toute chance de survie ". Un traitement à base d’antibiotiques aurait pu la sauver avaient estimé les experts. Les magistrats ont aussi considéré que tout ce qui avait été entrepris par la famille, l’avait été dans le but de soigner la première hina du foyer.