Tensions en Guadeloupe, les antillais du fenua inquiets

océan atlantique polynésie française
61a03c0ccdb52_2021-11-25-mabonno-communaute-antiaise-frame-528.jpg
Les antillais du fenua inquiets. ©Polynésie la 1ère
Sur le front de la crise sociale, les évènements restent inquiétants aux Antilles. Barrages, émeutes... Après la Guadeloupe, le mouvement s'étend désormais en Martinique. Les antillais du fenua sont inquiets.

La situation en Guadeloupe demeure ce soir préoccupante. Certes, des barrages ont été levés, mais pas tous. La présence du GIGN a permis d’éviter l’attaque d’une brigade de gendarmerie. Ce qui signifie que les émeutiers sont lourdement armés. Les antillais du fenua sont inquiets de ce grave problème social qui affecte les Antillais et qui finit toujours par s’exprimer sur fond de tension raciale.

Pour Jean Pierre Elie, huissier de justice installé depuis de longues années en Polynésie, il faut aussi s’intéresser à l’histoire pour expliquer cette propension des Antillais à s’enflammer aussi rapidement et intensément.

Enlisé

Reste que les dommages causés aux biens et commerces risquent de compromettre durablement les activités d’un archipel déjà lourdement frappé par le Covid.

Régulièrement, les Outre-Mers s’enlisent dans des conflits qui ne semblent jamais vraiment aboutir. Se pourrait-il que le sentiment des ultras marins en général - d’être considérés comme des français de moindre importance - soit justifié ?  

Honiara, la capitale australienne des îles Salomon est elle aussi en proie à des émeutes. 23 membres de la police fédérale australienne est arrivée le 25 novembre et s'est attelée à sécuriser des infrastructures, a indiqué vendredi à Canberra la ministre australienne de l'Intérieur Karen Andrews. Cette dernière a également annoncé que 50 autres policiers seront bientôt déployés.