Trafic de tortues : de la prison ferme pour les braconniers

braconnage polynésie française
procès trafic tortues
Dans cette affaire, des peines de prison ferme ont été prononcées, dont une avec du sursis. ©Polynésie la 1ère/LT
Les 4 braconniers de tortues, ceux-là même dont la justice a voulu en faire un exemple en matière de répression, écopent de prison ferme. Le principal pêcheur soupçonné d'être à la tête du trafic a été condamné à 1 an de prison dont 6 mois de sursis, avec interdiction de pratiquer une activité de pêche durant 5 ans. Les 3 autres ont été condamnés à 8 mois de prison ferme. Les bateaux ont été saisis.

12 mois dont 6 mois avec sursis pour le pêcheur soupçonné d'être à la tête du trafic de tortues, tandis que ses 3 acolytes ont écopé de 8 mois de prison ferme. 

Le jugement est donc tombé ce matin dans cette affaire de braconniers qui avaient été surpris il y a 3 ans en train de tuer des tortues sur l'atoll de Manuae. 

Ce matin, ils étaient bien présents lors de l'audience. Le tribunal a voulu faire un exemple en prononçant des peines de prison ferme. Néanmoins, les juges ont décidé de les aménager.  

Ecoutez la réaction de Maitre Rousseau-Wiart avocat du pêcheur présumé à la tête du trafic :

procès des braconniers qui ont tué une vingtaine de tortues, espèce protégée ©Polynésie la 1ère/LT

 

On s’aperçoit que la justice souhaite durcir les peines pour protéger les tortues. Les juges ont insisté sur les menaces qui pèsent sur les espèces menacées au fenua. En fin d’année, se tiendra un autre procès relatif cette fois aux demandes de dommages et intérêts sollicités par le Pays qui s’est constitué partie civile dans l'affaire. 15 millions cfp, c’est la somme demandée.