Transtahitienne : Damien Troquenet le meilleur en seulement 2h45'

sport polynésie française
Tanstahitienne
Le ciel l'a aidé, ses jambes l'ont porté. Troquenet est satisfait, il vient de remporter la Transtahitienne. ©Polynésie la 1ère
A Tahiti, après le Raid Vitell, Damien Troquenet - encore lui ! - a remporté cette fois la Transtahitienne. Une course à pied et à vélo qui relie Papenoo à Mataiea par la route traversière. Il s'est imposé au bout de 37 km d'efforts et près d'un kilomètre de dénivelé positif. 174 coureurs étaient au rendez-vous pour profiter des paysages spectaculaires qu'offre le centre de notre île.

37 km pour relier Papenoo à Mataiea. La Transtahitienne est une course immersive au cœur l’île.

En run and bike où le coureur et le cycliste évoluent ensemble, les changements sont stratégiques. A ce jeu, le duo Lubin / Rimaud a confirmé sa suprématie.

Les participants du championnat du monde Xterra en octobre prochain ont devancé leurs plus proches concurrents de plus de 10 mn. "La partie vélo c'est le plus dur, parce que dans  les pentes à plus de 18-20% le coureur va plus vite, mais c'était cool, on s'est entraidé et on a pris beaucoup de plaisir", a dit Thomas Lubin à l'arrivée.

Transtahitienne
Au coeur de l'île et de l'action. ©Polynésie la 1ère/A.Tefaafana

En individuel, le métropolitain Loris Lassere a tenté de suivre Damien Troquenet, mais le local n'a jamais été inquiété durant sa course de 2h45'. "Les 10 premiers km, c'était accroché, le gars a accéléré fort dans les descentes, du coup je suis resté sur mon rythme et il est passé un peu devant dans les descentes. Je suis repassé devant dans les montées, puis il a lâché", a expliqué Damien Troquenet.

"Il s'est envolé dans la montée vers le tunnel. Je n'ai pas pu le suivre, donc je me suis mis à mon rythme. Je m'étais fixé moins de 3 heures, du coup je finis en 2h59'. Les derniers kilomètres ont été durs, je les ai faits au mental, donc je suis content", a reconnu Loris LASSERE.

Transtahitienne
Rien ne les arrête, ils marchent littéralement sur l'eau ! ©Polynésie la 1ère

La Transtahitienne allie beauté et difficulté et toutes les années, les coureurs en redemandent. Le paysage y est pour beaucoup. "C'est surtout le décor, ces cascades, ces vallées, le lac Vahiria, c'est fantastique", a précisé Jean-Michel Monot, fondateur de la Transtahitienne.

Le prochain rendez vous pour ses adeptes du sport en pleine nature est déjà donné .. la Xterra au mois d’octobre à Moorea.