TVA sociale : la pilule a déjà du mal à passer

finances polynésie française
61b253c1ccc58_2021-09-05-hubert-pain-geste-barriere-frame-7180.jpg
Au marché de Papeete, comme dans tous les magasins, les prix risquent d'exploser. ©Polynésie la 1ère
Une TVA sociale qui passe mal auprès de la population. Beaucoup s’accordent à dire qu’il faut sauver la CPS mais pas au détriment des revenus modestes ou de ceux qui essaient tant bien que mal de s’en sortir avec leurs petites entreprises.

La crise sanitaire a laissé des traces dans les commerces. Par exemple, Vaitiare qui tient un salon de coiffure, a du mal a boucler ses fins de mois. Aussi lorsqu’on lui parle de sauver la CPS avec une TVA sociale, sa patience est mise à mal.

réaction entreprise

Même stupeur dans un petit café. Ici, les heures des salariés ont été réduites, les charges se sont alourdies selon Vairua Teamo. Un avis partagé.

réaction population

Cette TVA sociale sera supportée par l’ensemble des Polynésiens, un choix politique d’urgence pour sauver la Caisse de prévoyance sociale. Mais une TVA sociale qui aura aussi un poids certain sur les prix. Même si les produits de première nécessité ne devraient pas être impactés. Ecoutez Florent Veynare, économiste.  

Florent Venayre

La TVA sociale ne fait aucunement l’unanimité. 1,5% de plus dès en avril 2022…Mais c’est le prix à payer pour continuer à disposer d’un système de retraite et de soins de qualité en Polynésie.