TVA sociale : quand Tout Va Augmenter...

finances polynésie française
TVA sociale
Dès le 1er avril, tout le monde va passer à la caisse...C'est le cas de le dire. ©Polynésie la 1ère
La pression monte à la veille de la nouvelle TVA sociale rebaptisée taxe sociale ou taxe CPS. Le gouvernement en appelle à la solidarité pour sauver la CPS et la PSG…mais l’inflation inquiète le secteur marchand et les consommateurs…qu’est ce qui va augmenter ?

Tout va augmenter. Ce nouvel impôt à la consommation, qui n’est pas une TVA parce qu’il n’est pas déductible, s’applique sur tous les produits et services, des matériaux de construction aux produits alimentaires, seuls les PPN, les produits de première nécessité, sont épargnés.

Le gouvernement l'instaure au 1er avril, en pleine sortie de crise économique, parce qu'il n’a pas d’autre choix, en tout cas c’est ce qu’il dit…tout le monde va devoir participer au sauvetage de la CPS, chaque consommateur, donc chacun d’entre nous. 

La taxe rapportera 12 milliards cfp par an, alors que la CPS en a 20 à rembourser ! La Polynésie compte aujourd’hui moins de 60 000 salariés et donc autant de cotisants : il faut alors soit créer de l’emploi soit taxer, le gouvernement a choisi la taxe.

TVA sociale augmentation à chaque étape
La taxe d'1,5 % va s'appliquer à toutes les étapes jusqu'à la vente finale au consommateur. ©Polynésie la 1ère

Concrètement, le prix du produit va augmenter à chaque palier achat/vente. Par exemple une boîte de chips achetée au départ 140 francs et qui, après les taxes de douanes, le fret et les marges de l’importateur et du détaillant se vend déjà 300 francs aujourd’hui…avec la taxe sociale, elle sera à 312 francs puisqu’elle aura été taxée à tous les étages et même sur la marge des commerçants !

Idem pour la facture d’électricité ou la note du coiffeur.

Ecoutez ce témoignage :

famille modeste

Les prix ont déjà beaucoup augmenté pendant la crise covid, de près de 4% en 2021...et même les PPN pour le coup, dont les prix ont flambé : 14% de plus en moyenne en raison de la hausse du prix du transport et de la désorganisation mondiale liées à l'après-crise sanitaire.

Le gouvernement demande donc aux commerçants de réduire leurs marges, aujourd’hui de 20% en moyenne.

Les économistes annoncent de leur côté, une inflation de 6 à 10%.  

Rencontre syndicats-gouvernement

Ce lundi matin, les syndicalistes ont rencontré le gouvernement à propos de la TVA sociale. Après près de 2 heures de négociation entre le patronat, les syndicats des salariés et le gouvernement, les tensions étaient palpables entre les syndicalistes. Si A Tia i Mua, O Oe To Oe Rima et l'Unsa sont pour l'annulation voire le report de l'application de la TVA sociale, leurs collègues de la CSTP/FO et de la CSIP se joignent au patronat pour le maintien de cette taxe au 1er avril, afin de sauver la PSG. Ils demandent, par contre, la baisse du taux de cette taxe.

Pour Atonia Teriinohorai, secrétaire général de O Oe To Oe Rima, la position de ses collègues va à l'encontre des attentes des familles aux petits revenus.

Atonia Teriinohorai et gouvernement

Gouvernement, syndicalistes et patrons se retrouveront mardi après-midi pour analyser la position de chacun.