Une opération pour faire réparer son fauteuil roulant gratuitement

handicap polynésie française
61a41307a2ab6_jt-asso-tatai-reparation-fauteuils-roulants-mbr-duplicate-frame-72.jpg
Une opération pour se faire réparer son fauteuil roulant gratuitement ©Polynésie La 1ère
Se faire aider dans la maintenance de son fauteuil roulant n'est pas chose facile pour les personnes à mobilité réduite. Dans cette optique, l'association Tata'i et des professionnels du secteur ont pu organiser une matinée entière pour réparer un maximum de fauteuils roulants et ce gratuitement.

Se faire réparer son fauteuil roulant gratuitement….Une opération rarissime au fenua et pourtant, samedi matin, à Papeete, par le biais de l’Association Tata’i et des professionnels du secteur cela a été possible. Une véritable aubaine pour toutes les personnes à mobilité réduite.

"C'est très intéressant pour les gens comme nous qui en ont besoin", confie Georges Plusquellec. "Je pense qu'il y a pleins de gens qui ont des fauteuils qui sont en mauvaise posture : les pneus ne vont pas, les freins ne marchent plus, etc", explique de son côté Peter Knappe. 

 

Le fauteuil roulant c'est un vrai budget. Du coup, on se rend compte qu'avec des petites choses on peut arriver à réparer ces objets"

Sophie, membre de l'association

 

Et dans cet élan de solidarité, Stéphanie et son compagnon n’ont pas hésité un seul instant à apporter leurs contributions et leurs expériences professionnelles. Ils envisagent déjà de renouveler ces rencontres.  "C'est la première fois qu'on effectue cette opération, si on voit que ça fonctionne et que le besoin est important, on le refera avec grand plaisir", précise Stéphanie Kolifrath, gérante Home service express.

"Le fauteuil roulant, c'est un vrai budget. Du coup, on se rend compte qu'avec des petites choses on peut arriver à réparer ces objets", constate Sophie de l'association Tata'i. 

À noter que la prochaine opération prévue par l’association se fera à Papara le 11 décembre prochain avec une distribution de jouets reconditionnés en faveur des enfants issus des quartiers défavorisés de la commune. 

 

©polynesie