Project Mars One : le Tahitien éliminé, un Français toujours en lice

monde tahiti
Mars One
©Mars One
L'aventure Mars One s'arrête là pour le Tahitien, Ludovic Klein Capelle. Le jeune homme de 31 ans n'a pas été retenu parmi les 100 derniers candidats au projet Mars One.
Lancé en 2013 par une société privée hollandaise, le projet Mars One propose d'installer une colonie permanente sur la planète rouge à partir de 2025. Ce projet dont le coût est évalué à six milliards d'euros, doit s'autofinancer grâce à la diffusion d'émissions de téléréalité. Les nouveaux martiens seront donc filmés pendant leur voyage mais aussi durant leur installation sur Mars par des caméras embarquées. Mais, avant de rejoindre leur nouvelle planète, les candidats qui ont été très nombreux à répondre à l'appel, doivent passer une série de tests. Et, la sélection est drastique...

De plusieurs milliers à une centaine de candidats


Ils étaient un peu plus de 200.000 à avoir posé leur candidature pour un aller simple sur la planète Mars. Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'une centaine à pouvoir prétendre participer à ce projet aussi fou que fascinant. L'entreprise hollandaise a retenu 50 hommes et 50 femmes. Et, malheureusement, le Tahitien, Ludovic Klein Capelle, 31 ans, ainsi que le Réunionnais, Victor François, 24 ans, n'ont pas été retenu parmi les finalistes. En revanche, un Français de 36 ans reste en lice pour les dernières sélections.

Sur la centaine de candidats retenus, 39 proviennent des Amérique, 31 d'Europe, 16 d'Asie, 7 d'Afrique et 7 d'Océanie. Ces derniers devraient commencer les premiers entraînements physique, des épreuves qui devraient éliminer certains participants et ainsi réduire encore un peu plus la sélection. Au final, seul un groupe de 28 à 40 personnes sera du voyage. Si voyage il y a...

Regardez la bande annonce explicative du projet Mars One :


Des critiques sur le projet


Selon une étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology) relayée par les médias Daily Mail et Time, la magie du projet pourrait être de courte durée. Selon les scientifique, les candidats pourraient manquer de nourriture et donc mourir de faim au bout de 68 jours seulement. De plus, alors que le projet est basé sur le fait de cultiver de quoi se nourrir, ces derniers indiquent que cette culture engendrerait une quantité d'oxygène en milieu fermé qui pourrait devenir dangereuse. En effet, elle pourrait devenir toxique pour les habitants et créer des explosions. Enfin, dernier point, les scientifiques expliquent qu'il sera difficile de répondre au besoin de pièces de rechange, au regard de la durée du trajet vers la planète rouge.

De son côté, le responsable de Mars One, Bas Landsdorp, a répondu à ces critiques lors d'une interview dans le magazine scientifique Popular science. Selon lui, la question de l'oxygène pourrait être réglée par une technologie de ventilation qui existera d'ici-là. Seul hic : cette technologie n'a, pour l'heure, été testée que sur terre...En revanche, le responsable du projet reconnaît que la question des pièces de rechange se pose. "On ne pense pas avoir créé la meilleure solution. Mais une bonne solution", explique t-il.

En attendant, bonne nouvelle pour les recalés, une session de rattrapage sera organisée en 2015. Ces derniers pourront donc rejoindre le projet en tant que remplaçants des équipes éliminées au cours des processus de sélection. L'espoir d'aller coloniser Mars n'est donc pas totalement éteint pour certain

Regardez le dernier trailer du projet Mars One :