Un nouveau pôle de santé privé doit voir le jour en 2027

hôpital punaauia
projet pole santé privé
Le protocole d'accord a été signé lundi à la Présidence. ©Présidence Pays
Edouard Fritch a reçu lundi les dirigeants des cliniques Cardella, Paofai et Mamao dans le cadre du projet de création d’un pôle de santé privé unique en Polynésie française. Ce nouvel établissement de santé sera implanté sur les hauteurs de Punaauia et devrait ouvrir ses portes en 2027.

Une étape importante vient d’être franchie dans le projet de création d’un pôle de santé privé unique en Polynésie française.

C'est ce lundi que le président du Pays Edouard Fritch a signé, avec les acteurs de la santé publique dont les dirigeants de la CPS et du CHPF, un protocole d’accord qui vise à la création d’un Pôle de santé privé unique (PSPU) regroupant au sein d’une seule infrastructure médicale, les activités des trois cliniques privées. Pour rappel, ce projet est né dès 2016 lors de l’adoption par l’Assemblée de la Polynésie-française du plan d’orientation sanitaire quinquennal (SOS) 2016-2021.

Ce nouvel établissement de soins, dont l’implantation est envisagée sur les hauteurs de Punaauia, devrait ouvrir ses portes en 2027. Il contribuera à la modernisation et au redimensionnement des plateaux techniques existants afin de les adapter aux besoins l’horizon 2030. Par ailleurs, il participera à l’attractivité du territoire pour intéresser de nouveaux talents et si possible d’origine polynésienne.

Ensemble, le gouvernement et les dirigeants des établissements de soins privés souhaitent préparer l’avenir en prenant en compte l’évolution des pathologies les plus fréquentes constatées au niveau local, des risques sanitaires désormais connus mais aussi des effets du vieillissement de la population. Cette nouvelle structure placera le système de santé du Pays en très bonne position au niveau régional.

Equipements dernier cri

 

Elle sera construite à travers un partenariat public/privé, en recherchant le maximum de synergies avec le CHPF. Des professionnels du plus haut niveau travailleront avec des outils dernier cri afin de prodiquer des soins de qualité. De quoi garantir la viabilité financière et fonctionnelle de ce pôle de santé.

Au-delà du PSPU, le ministre de la Santé, présent lui aussi lundi, a rappelé les nombreux projets qui sont en cours de préparation ou de réalisation dont le pôle de santé mentale, l’Institut polynésien de traitement du cancer, la reconstruction de l’hôpital de Taravao, la modernisation des hôpitaux périphériques d’Uturoa et des Marquises, sans oublier la création d’un laboratoire d’anatomopathologie.

Ecoutez quelques réactions :

Micro-trottoir