Rangiroa, première île du réseau d'intervention face à la pollution marine

pollution tahiti
matériel pollution maritime
©Polynésie la 1ère

Le Pays et l'État ont décidé de mettre en place un réseau d'intervention. "L'objectif est de permettre aux îles qui sont éloignées de Tahiti de pouvoir être un peu formées et d'accomplir les premiers gestes en cas d'une pollution maritime", explique le chef du bureau "Action de l’État en Mer"

Le président du Pays et le Haut-commissaire ont décidé de mettre an place un réseau d'intervention pour faire face à une éventuelle pollution maritime dans les îles. Une décision prise suite aux récents échouements récents en Polynésie française, comme celui du navire Shen Gang Shun 1 à Arutua aux Tuamotu en 2020. L'idée est de former les responsables dans les îles pour accomplir les premier gestes dans un cas de collision maritime.

Rangiroa est la première île du réseau. Vendredi 21 mai, du matériel a été emmené par avion militaire sur l'île. Du matériel estimé à 1 500 000 Fcfp qui permettra d'intervenir en cas de pollution avec des hydrocarbures comme les huiles. Il s'agit de barrages qui vont absorber l'huile et confiner des zones. Le matériel a été présenté à la mairie de Rangiroa, en présence de l'équipe de la Commune de Rangiroa, pompiers, policiers, et des responsables de la DIREN.

"L'objectif est bien de permettre aux îles qui sont éloignées de Tahiti de pouvoir être un peu formées et d'accomplir les premiers gestes en cas d'une pollution maritime", explique Dominique Bourgnon de Layre, chef du bureau "Action de l’État en Mer"

Interview