Triathlon : Benjamin Zorgnotti, vice-champion de France

triathlon tahiti
Benjamin Zorgnotti, vice-champion de France
©Benjamin Zorgnotti
Les efforts payent… Après quatre médailles d’or lors des derniers Jeux du Pacifique en 2019, Benjamin Zorgnotti, s’est offert ce week-end le titre de vice-champion de France de triathlon par équipe en deuxième division.
 
Sous les couleurs du club de 2ème division La Rochelle Triathlon – un club qui ambitionne de passer en 1ère division – le triathlète polynésien participait au Grand Prix de la Fédération française de triathlon. La compétition s’est déroulée sur trois étapes dans différentes villes de France :
- Chateauroux (22 août)
- St Pierre d’Albigny (30 août)
- Quiberon (5 septembre)

En tête du classement général par équipe lors des deux premières étapes, Benjamin et son équipe ont perdu des points lors de la troisième étape à Quiberon, rétrogradant à la 2ème place au général. Le triathlète est également arrivé 4ème en individuel.

En Polynésie, Benjamin est un habitué des podiums, on ne compte plus les prix remportés depuis quelques années. Mais surtout, Benjamin s’était illustré lors des derniers Jeux du Pacifique en remportant deux médailles d’or en individuel en triathlon et aquathlon et deux médailles d’or par équipe dans ces mêmes disciplines.

Depuis 2 ans, Benjamin a choisi de laisser de côté son premier métier d’ingénieur pour se consacrer entièrement à sa passion pour le triathlon. Il fait partie des rares athlètes de Polynésie à avoir tenté la voie de la professionnalisation. 
Benjamin Zorgnotti, vice-champion de France
©Benjamin Zorgnotti

Tout juste de retour au fenua, Polynésie la 1ère a souhaité le rencontrer :
 

Heureux mais amer ?


Oui, heureux, car nous finissons deuxièmes par équipe lors de la finale, mais amer car nous étions en tête, nous avons rétrogradé malheureusement à la deuxième place du classement général à l’issue de la dernière étape… Néanmoins nous avons prouvé que le club de La Rochelle était prêt à passer dans la catégorie supérieure ! On espère que la 1ère place ne nous échappera pas l’année prochaine !
Je suis également content de mes progrès réalisés en natation. Je finis sur une belle quatrième place individuelle lors de la finale de ce samedi à Quiberon.
 

Comment s’est passé ton entraînement pendant ton confinement ?


Heureusement, j’ai pu m’entraîner à la maison grâce au soutien de mes sponsors qui m’ont permis d’avoir du matériel à la maison. Ce n’est pas comme de vrais entraînements, mais ça permet de se maintenir physiquement et surtout ça permet de tenir mentalement. Le long chemin qui m’a séparé des premières compétitions depuis la fin du confinement n’a elle pas été facile. J’ai souvent douté et remis en question la continuité de mon projet.
 

Pourquoi as-tu choisi d’être triathlète professionnel ?


Je suis passionné de triathlon depuis tout petit. Le triathlon n’est pas un sport qui paye, peu de sportifs peuvent donc se consacrer pleinement aux entraînements, ils doivent composer avec un travail à côté. Personnellement j’ai de la chance d’être soutenue par mon amie qui fait bouillir la marmite de la maison ! Les triathlètes professionnels, cad ceux qui ne font vraiment que ça, il y en a très peu, souvent ils sont sponsorisés pour en vivre (en général les meilleurs mondiaux), ou ils sont sous contrat (avec l’armée par exemple).
 

Quels sont tes prochains objectifs, les compétitions auxquelles tu vas participer ?


Je suis revenu de France il y a deux jours. Nous avons très vite fait le point avec mon coach Adrien Steri pour étudier les options qui s’offraient à nous. Au vu du soutien que j’ai d’Air Tahiti Nui, je vais pouvoir me permettre de partir sur les quelques compétitions qui vont se faire en cette fin d’année. Je vais donc repartir pour un bloc de 3 semaines de compétitions en France à partir d’octobre :

3/10 - Coupe de France des clubs : un format spécial où nous partons club par club toutes les minutes en mode contre la montre. Le club sélectionne jusqu’à 5 athlètes pour courir ; nous devons rester tout le long de la course ensemble et devons finir à 3 minimum pour classer l’équipe. Nous nous connaissons parfaitement bien au sein des éléments du club de La Rochelle, nous sommes connus sur le circuit national comme l’un des meilleurs clubs grâce à notre homogénéité.

10/10 - World Cup d’Arzachena (Sardaigne) : un sprint où les meilleurs mondiaux sont présents. Pour l’instant sur la wait-list, j’espère qu’une place se libèrera pour que j’intègre la course (uniquement 70 personnes au départ et pour l’instant le dernier de la start-list est 200ème alors que je pointe à la 400ème place du ranking mondial…)

17/10 : Coupe d’Europe de Lievin (France) – un format inédit ici aussi car c’est un triathlon indoor. Ils montent une piscine dans le vélodrome indoor de Lievin et nous faisons tout à l’intérieur. Sous forme de qualification, quart de finale, demi-finale puis finale ; ce sont jusqu’à 4 courses à faire dans la même journée. Un format très explosif et spectaculaire car il s’effectue sur des distances très courtes (150m-3km-1km).

A noter que sur les deux dernières courses citées je ne courrai pas sous les couleurs de La Rochelle, mais bien sous les couleurs rouge et blanche de Tahiti !

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live