polynésie
info locale

Un jeune polynésien épate son jury avec la légende de Nona en dessin animé

culture tahiti
La légende de Nona - animation
©Tutea Schmidt
Tuatea est étudiant à Chambéry, en métropole, où il vient d'obtenir son diplôme de "Bachelor in arts". Comme projet de fin d'étude, il a choisi de raconter la légende polynésienne de Nona, en l'adaptant en dessin animé. Découvrez sa création et son interview exclusive...

Tuatea répond aux questions de Polynésie 1ère.

- Il paraît que la présentation de ton projet était un peu... exceptionnelle ! Tu nous raconte ?

J’avais décoré une salle avec des tiare tahiti, des opuhi, des anuhe, des auti… que mes parents m’avaient envoyés, car il était important pour moi de mettre mon jury dans l’ambiance de la culture Polynésienne. J’ai aussi commencé par un orero écrit par ma mère pour l’accueil du jury avant de poursuivre sur l’annonce de mon projet. C’était assez stressant de parler en tahitien puis en français face à des personnes qui découvrent la langue mais qu’importe j’avais une grande confiance en mon projet et j’ai pris plaisir à le présenter.
Je crois que le jury a apprécié !!

- Comment t'es venue l’idée de réaliser une animation sur une légende polynésienne ?

Je savais que je voulais faire de l’animation avec l’objectif de promouvoir ma culture. Un peu plus tard j’ai pensé à nos légendes car, aujourd’hui il y a tellement de livres et recueils qui existent, beaucoup sont illustrés, d’autres juste écrits. Je tiens à remercier les auteurs de ces légendes, car leur travail m'a permis d’imaginer et d'adapter « la légende de Nona ».


Découvrez la légende de Nona, adaptée en animation par Tuatea Schmidt :


- Pourquoi as-tu choisi cette légende ?

J'habite à Mahina, là où mes racines se sont accrochées à mon fenua, et j’ai eu la chance de vivre à quelques pas de la grotte magique de Monoïhere. Pour moi, c’est un coup de cœur car c’est une histoire que je trouve magnifique.
J’avais aussi d’autres légendes en tête comme la légende de Maui ou bien la légende du cocotier, qui d'ailleurs a été réalisée en animation l’an dernier par la talentueuse Leia Chang Soi [Ndlr : A VOIR EN FIN D'ARTICLE].

- Où as-tu trouvé le récit de l’histoire de Nona ?

L’été dernier ma belle-sœur ma conseillé de voir un livre qui s’appelle "Histoires et légendes des temps anciens de Tahiti et des îles" racontées par Emy-Louis Dufour et illustrées par Patrice Cablat, édité chez Au vent des îles. Et dans ce fameux livre j’ai retrouvé la légende de Nona, dans une version un peu différente mais plus complète que celle que j’avais lu autrefois au collège.

- T’es-tu inspiré d’autres animations réalisées sur le fenua ?

Oui et non. Le dernier que j’ai pu voir c’était le clip « Tahitoa » qui est chouette dans la réalisation, ainsi qu’un dessin animé Néo Zélandais sur la légende de Maui et du soleil « Maui and the Sun - Ko Maui me te Ra » qui est une super adaptation. En parallèle moi de mon côté, j’ai plutôt essayé de faire ressortir l’identité de la Polynésie et d’apporter  ma petite touche personnelle. Étant un grand fan de manga, mon animation est assez orientée dessin animé japonais, car nombreux sont les enfants et adultes qui aiment l’univers manga.

- Ce projet représente combien de temps de travail ?

Ça représente 3 mois de travail intensif en solo, de mars 2015 à fin mai 2015.

- Des anecdotes amusantes ?

Pour ma première version, j’ai dû faire les voix de Hina et de Nona moi-même pour essayer des caler les paroles sur l’animation des bouches, ça faisait bien rire mes profs !
Et puis l’administration de l'école a cru que je vivais dans l’école tellement je suis resté à l’école pour travailler sur mon projet, même pendant les vacances.

- Est-ce qu’une version en tahitien est prévue ?

Oui, je souhaite vraiment la faire, car mon objectif principal est de promouvoir notre langue et notre culture à travers le monde.
Pour bientôt j’espère, si le fenua soutien mon projet ça me motivera beaucoup.

- Un message à faire passer à la Polynésie ?

Avec de la volonté et du travail on peut tous atteindre nos objectifs, c’est parfois des sacrifices et des choix difficiles, mais il ne faut pas oublier pour qui ont le fait et pourquoi. J'ai réalisé ce projet pour me faire plaisir à moi, à ma famille, à mes amis et à mon fenua car je suis fièr d’être Polynésien.

-  Quel métier veux-tu faire ensuite ? Vas-tu te spécialiser dans l’animation ?

Je souhaite devenir animateur 2D/3D comme dans les grandes structures d’animation telle que : DISNEY, PIXAR, DREAMWORKS, GHIBLI, I.G, SUNRISE, SATELIGHT, TOEI, etc.
Dans l’avenir, j’aimerais créer un  petit studio d’animation sur Tahiti pour des productions animées en tout genre, mais en attendant que ce projet se concrétise, enseigner l’animation, la BD et l’illustration me plairait beaucoup, car ça serait un excellent moyen de révéler les jeunes talents Polynésiens de demain.

Un grand merci à Tuatea pour ses réponses passionnées et enthousiastes ! Encore bravo à lui pour cette très belle réalisation mais aussi pour l'énergie qu'il a mise pour offrir à son jury un aperçu authentique de la culture polynésienne.

Si vous souhaitez revoir la légende de Hina en animation, c'est par ici...
Publicité