publicité

Tour de France 2018 : le résumé de la 4e étape

Comme prévu, la quatrième étape de ce Tour de France 2018 s'est réglé au sprint. Au bout de la longue ligne droite de 4 kilomètres, André Greipel, Peter Sagan et Fernando Gaviria se jouent la victoire d'étape à Sarzeau.

© France tv sport
© France tv sport
  • Polynésie la 1ère / France TV Sport
  • Publié le , mis à jour le
Le Colombien, déjà vainqueur le premier jour, s'impose finalement d'un rien devant ses deux concurrents. L'étape du jour a été animée par l'échappée de quatre hommes, qui ont été repris à un kilomètre de l'arrivée par le peloton, perturbé par deux chutes dans les 50 derniers kilomètres.

Quatre kilomètres de ligne droite avant l’arrivée, c’est long. Dans une étape qui était promise aux sprinteurs, il fallait se montrer intelligent et stratégique pour ne pas lancer son dernier effort trop tôt. 

Fernando Gaviria s'est montré le plus fort pour empocher cette victoire en devançant Peter Sagan et André Greipel. Pourtant le Slovaque semblait en bonne position pour s'imposer, mais le Colombien a fait parler sa puissance pour le déposer dans les derniers mètres. Le coureur de la Quick Step remporte sa deuxième victoire pour sa première participation sur le Tour de France. Arnaud Démare n'a jamais existé dans le sprint final. 

Voir la vidéo 

Un final à suspense


Cette arrivée au sprint résulte d’un retour tardif du peloton sur l’échappée composée de quatre hommes partis dès le départ de l’étape : deux de Cofidis avec Anthony Pérez et Dimitri Claeys, un de Direct Energie avec Jérôme Cousin et un de chez Wanty-Gobert avecGuillaume Van Keirsbulck. Les équipes de sprinteurs avaient pourtant accéléré le rythme au fur et à mesure de la seconde partie de course pour revenir sur les quatre hommes en tête. L’écart était monté jusqu’à 7min45.

Mais une chute à 45 kilomètres du terme scinde le peloton en deux. Sur une portion de route étroite, plusieurs coureurs, dont Mikel Landa ou Jakob Fuglsang, partent au tapis. Pas de conséquences physiques sur les coureurs pris mais l’écart avec l’échappée s’est agrandi en passant de 1min15 à 3 minutes quasiment.

Voir la vidéo
Dès la chute, les quatre cyclistes en tête ont mis les bouchées doubles pour peut-être croire à une victoire miracle. Les routes sinueuses ne permettent pas au peloton de se refaire et l’écart ne diminue presque pas. Le tempo imposé par le peloton ne semble pas être très élevé non plus.
 

Le peloton aux mains de la Quick Step


Après plusieurs kilomètres de statu-quo, la route permet au peloton de reprendre du temps sur les quatre fuyards. Plus large, en meilleur état. L’équipe Quick Step, de Fernando Gaviria, emmène le peloton pour réduire l’écart à 1 minute et 30 secondes à 13 kilomètres de la ligne d’arrivée.
Alors que tout se déroulait comme prévu pour le peloton, une nouvelle chute vient perturber la remontée du peloton à cinq kilomètres. Au cœur de celui-ci, un coureur tombe et entraîne avec lui une bonne partie du peloton.

Mais aucun des principaux coureurs, hormis Rigoberto Uran, n'est piégé. Cette fois-ci, cette chute n'a pas d'incidence sur l'arrivée. Au bout du suspense, les hommes de tête sont finalement repris à mille mètres de la ligne d'arrivée, laissant place au sprint attendu au départ de l’étape à la Baule. 
 

• Gaviria talonne Sagan au maillot vert, pas de changement pour les autres maillots

En plus des points acquis à la victoire d'étape, Fernando Gaviria a décroché onze points au sprint intermédiaire en devançant Peter Sagan. Le Colombien revient en force sur le Slovaque au classement des sprinteurs en ne comptant plus que 4 points de moins que le champion du monde. Les autres maillots, eux n'ont pas changé. Greg Ven Avermaetconserve son maillot jaune, Søren Kragh Andersen le maillot blanc. 

Anthony Pérez rejoint Dion Smith, qui garde la maillot à pois, et Kévin Ledanois au classement des grimpeurs avec un point. C'est la première fois depuis sa création en 1975 qu'on retrouve trois coureurs à égalité en tête du classement du meilleur grimpeur.
 
© Tour de France
© Tour de France

• France-Belgique, le match est déjà lancé

A l’avant de la course, quatre cyclistes ont animé l'étape : deux de Cofidis avec Anthony Pérez et Dimitri Claeys, un de Direct Energie avec Jérôme Cousin et un de chez Wanty-Gobert avec Guillaume Van Keirsbulck. Ironie du sort, cette échappée, la plus fournie depuis le début du Tour de France 2018, était composée de deux Français et de deux Belges. Un avant-goût de la demi-finale de la Coupe du monde de football du soir.
 

Sur le même thème

Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play