Hao : le projet aquacole n'est pas à l'eau

finances hao
Ferme aquacole de Hao
Première pierre du chantier de la ferme aquacole de Hao posée en 2015. ©Polynésie la 1ère
Lors de sa visite au fenua, le président de la République a ouvertement condamné le projet aquacole de Hao – « aux investissements douteux » selon lui. Pour autant, les porteurs du projet ne comptent pas abandonner le chantier, selon leur promoteur.

Lors de sa visite au Fenua, le président de la République a ouvertement condamné le projet aquacole de Hao – « aux investissements douteux » selon lui – et qualifié les chinois d’ « étranges investisseurs ».

Des propos peu appréciés par les porteurs de ce vaste projet, a indiqué Mara Aitamai, maître d'ouvrage délégué. Mais les investisseurs n'ont pas l'intention de stopper les travaux, même s’ils n’avaient pas grandement avancé depuis la pose de la première pierre en 2015. Le chantier a repris depuis le 8 juillet 2021.

Hao : le projet aquacole n'est pas à l'eau
Ferme aquacole de Hao
Image de synthèse de la ferme aquacole de Hao ©Polynésie 1ère


Le maître d’œuvre l’assure, il s’agit d’un projet en règles et fiable :

La mairie est venue constater l’ouverture du chantier. Les documents ont été transmis au service de l’urbanisme, comme le prévoit la loi. 

Mara Aitamai, promoteur du projet ferme aquacole de Hao

 

L'aquaculture, projet d'avenir


Et d’ajouter que Wang Cheng, président de Tahiti Nui Ocean Foods et investisseur du projet, compte toujours « en faire la ferme aquacole la plus belle et la plus technologique du monde. » Mara Aitamai n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler que ce projet avait reçu le soutien du Président Fritch.

Certains habitants de Hao voit le projet d'un bon oeil notamment pour l'emploi. La maire de Hao quant à elle souhaite le voir aboutir :

Notre avenir est sur l'aquaculture. Si notre Président a décidé "pas les chinois", pourquoi pas l'Europe ?

 Yseult Butcher-Ferry, maire de Hao


Le projet de ferme aquacole de Hao n'est donc pas enterré. Il devrait sortir de terre d’ici 2025. De gros retards liés au transport maritime seraient à l'origine d'un tel report dans le délai de livraison des travaux. 

Le Pays et Wang Cheng ont déjà investi, à ce jour, 500 millions de francs chacun, pour un budget prévisionnel total de 39 milliards de francs.