La saisie du thonier confirmée par la justice

pollution tuamotu-gambier
Thonier chinois saisi
©Polynésie la 1ère
Le Pays conforté par la justice après la saisie jeudi dernier d'un palangrier appartenant à un armateur chinois dont l'un des thoniers est toujours échoué sur l'atoll de Anuanurunga aux Tuamotu. Le tribunal a rejeté le recours formulé par cet armateur contre la saisie conservatoire du palangrier.

Le tribunal civil a rejeté le recours du groupe Ping Tai Rong Ocean Fishing contre la saisie conservatoire d’un de ses thoniers opérée par le Pays vendredi dernier avant de s’assurer du paiement des frais de déséchouage et de dépollution.

C’est la première fois qu’une telle procédure juridique est engagée par la Polynésie. Une saisie contestée par l'avocate de l'armateur du thonier chinois qui déclare qu'il "est sur place, il a déjà dépollué le bateau, il continue pour tout mettre en oeuvre pour le retirer". Et d'ajouter qu'"il n'y a aucun abandon de navire, il ne faut pas mélanger les dossiers...ça coûte une belle somme, elle sera mise".

De son côté, l'avocat de la Polynésie exige que le thonier soit retiré du platier de l'atoll des Tuamotu, pas question de l'abandonner sur place comme cela a été le cas dans le passé.

Echaudé, le Pays prépare déjà un texte sur les bateaux étrangers afin qu'ils naviguent à bonne distance des côtes des îles et atolls, tout cela avec un suivi par satellite. 

Le navire restera donc à quai au port de Papeete, en attendant que l’armateur chinois paie une caution de 150 millions cfp ou évacue son bateau drossé sur le récif d’Anuanurunga depuis le 23 juillet.

Titaua Doom